dimanche 22 septembre 2019

La couture en mode licorne bilan

Je voulais vous proposer un article vraiment en adéquation avec la vie en mode licorne.
Beaucoup d'articles exiqyes déjà, sur le thème coudre sans se ruiner. J'ai pris ce qui me correspondait et laisser de coté d'autres idées. Car le/ les Hic, que j'ai rencontré souvent sont: acheter chez A..Z, faire les soldes et d'autres petits détails, qui me semblaient pas franchement licorne ( bon dans la communauté couture tout le monde n'est pas licorne et se fait plaisir).
J'ai constaté aussi que dans certains cas, on se retrouve dans les mêmes configurations que le le shopping fast fashion ( toujours plus, toujours plus vite, tout le monde porte la même chose...) bref rien de très éthique, écologique et pas forcément économique.

Donc, aujourd'hui je vous propose des pistes plus licorne!

Il ya plein de sites , avec des tonnes de conseils coutures ( comme je disais plus haut), mais le meilleure en matière de couture responsable c'est La Bobine! Un petit blog simple :le journal de couture d'une passionnée. Vous y trouverez des conseils, des astuces, des comparatifs de patrons, la revue de presse des magasines couture, avec de temps en temps des liens pour trouver des modèles similaires gratuits: ce qui permet aussi d'avoir un aperçu avant de craquer sur un magasine.
Ce site m'a permis de ne pas céder au sirènes de la consommation : les patrons en vogue, les boutiques tissus à la mode, les derniers accessoires...
Depuis, je compare, je cherche des alternatives.

Rentrons dans le vif du sujet :
 Coté apprentissage : je fais le tour des formations en lignes payantes ( évidemment, je profite des gratuites); je regarde le contenu, recherche dans mes livres, sur YouTube, sur d'autres sites. Je trouve toujours une alternative gratuite, sinon moins chère. Je vous parlais ici, des quelques pistes pour mieux apprendre pour mieux coudre. J'ai récupéré des pdf gratuits sur différents thèmes, et me suis fais une petite base documentaire. Sur Youtubes, je recherches à travers les chaines coutures les thèmes qui m'intéressent. Coté livres, avant l'achat, je cherche à la bibliothèque, je feuillète sur Insuu: plate forme qui permet de consulter en ligne certains livres, puis je le cherche d'occasion.

  1. Je me suis inscrite sur la communauté Threads and Needle ( française), un espace dédié aux passionnée d'aiguilles, il y a une section brocante, je surveille les offres régulièrement ( pour les livres). On y trouve tout ce qui touche aux travaux d'aiguilles. Sinon, je vais sur la section tutoriels , il y a plein d'astuces, ou bien je pose directement ma question.
  2. Sinon, ' c'est même la première option à choisir : faites de votre manuel d'utilisation votre meilleur aillié.

J'aurais pu vous parler aussi de groupes Facebook, mais ce n'est pas l'option que j'ai choisi, ayant déjà pas de groupe je ne voulais pas un de plus (je me suis aussi dit que voire les notifications, seraient une incitation à l'achat, alors qu'en cherchant précisément, moins). Donc si on veut rester licorne et raisonnable le mieux c'est chercher quand on a besoin. De plus la communauté threads and needle, a une section : livres qui propose des articles dédiés aux livres, suivi des commentaires des acheteuses.
ça permet de se faire une idée.

Coté Tissus:  étant loin des boutiques, je ne peux pas aller pour comparer, toucher ( ce que je faisais sur Paris accompagnée d'une amie couturière qui me conseillait). Je me suis posée la question, de savoir s'il vallait mieux me déplacer ( trajet d'une heure et quelques aller, plus AR ticket) ou acheter sur internet. J'en suis venue à la conclusion, que le coup du transport équivallait à un AR sur Nantes dans certains cas, et que dans d'autres si c'est pas urgent, rempli mon panier au fil des besoins( cf methode bisou) et commandes une fois mes besoins remplis ( je dis bien besoin et pas envie ).
ce qui ne m'empèche pas à l'occasion d'un passage sur Nantes, de faire un saut dans une boutique, oit en covoiturage avec une amie, soit avec monsieur.
Un autre point m'est apparu: la question des soldes. Il est vrai que les tissus sont pas donné. Cependant je pense que c'est comme avec les vêtements ( BISOU, encore elle), si je n'ai pas besooin, tanpis je ne profite pas des soldes. Et après tout j'économise pour un tissus qui me plaira plus, même si pas en soldes. Si j'ai besoin, je fais la encore des comparaisons entre divers boutiques.
Et quand j'achète non, soldé, je prends encore mon temps, en lisant le descriptif, les avis , je commande des échantillons quand les tissus me plaisent bien. Je me documente sur les tissus grâce
à petit citron, je vous recommande aussi le ebook, très complet sur les tissus ( et moins cher qu'un livre), franchement il me sert beaucoup et c'est une vraie aide à la couture.



Sinon, si on reprends la méthode BISOU, avec le S de semblable, il y a plusieurs pistes que j'utilise :
- La recup : dans mes vêtements, draps etc;.., en passant à la boite à dons, la ressourcerie ou vestiaire solidaire . J'avais déjà en tête ces idées mais la chaine de sarah Tyau, le blog de Refashionista et celui de refashion Co-op : sont de vraies sources d'inspirations.
- Le troc au sel : il suffit que je mette une annonce et je trouve.
- les bourses de couturières.
- En parler autour de moi...
Pensez à l'occasion, sinon les fins de stick/rouleaux et dernier coupons.
:
Coté Patrons:  La encore, la comparaison est de mise! A force regarder sur pinterest, sur la gallérie de T and N, je m'apperçois que les modèles se ressemblent et surtout que de plus en plus de couturières font les mêmes. On en revient à la même chose qu'avec les vêtements. La bobine a de très bons articles sur le sujet ( qui suscitent un débat), mais en fin de compte plutôt vrais.
A quoi bon, payé 15 € un modèle que vous pouvez trouvez quasi pareil pour moitié moins voire gratuit. C'est pourquoi je ne vous conseillerai ni marques, ni magasine ( idem pour les livres), c'est à chacun de voir ce qui lui plait et lui va. Cependant, il existe des plateformes qui regroupent les patrons de marques, des sites, des magazines , vous pouvez sélectionner le type de vêtements, la difficultés, parfois de prix:

Makerist ( en français)
United Patten ( français)

Même si ça parait plus " fouillis", car tous les patrons sont sur une ou deux planches; les magazines sont une bonne option ( plusieurs patrons dans un magazine), pour un prix entre 3 et 10.

Quand je cherche en gratuit, je m'inspire chez Bettinael, une mine d'or , on y découvre en plus plein de sites et blogs.

Après, je pense que si on craque vraiment sur un modèle indépendant on peut se faire plaisir, soit à ce moment là, soit en attendant les soldes ( d'où l'intérêt d'avoir économiser avant avec du gratuit ou moins cher). On se fait vraiment plaisir pour un modèle qui nous plait et non qui est en vogue.
Sachant qu'en cherchant bien dans les communautés coutures, on peut peut être  l'avoir moins cher.

Le tout est d'être bien dans des vêtements qui nous correspondent.
Comme le dit la Bobine : la première inspiration vient de votre placard, vous y trouvez les vêtement que vous mettez souvent dans les couleurs, textiles et formes qui vous vont.

Cotés Mercerie :
première piste : la récup ! avant de jeter, ou recyclant le tissus d'un vêtements , je récupère les pièces détachées.
Ensuite , je profite des vides greniers, de l'occasion sur le bon coin, eBay, puces de couturières.
Sinon, pour du neuf j'ai découvert mercerie extra : une mercerie en ligne qui propose des produits à prix plus que raisonnables, en réduction selon la quantité. Du coup je fais mon stock chez eux pour un certains temps.
Si vous habitez à Paris , allez directement chez Fil 2000
Petit bonus ( découvert cet été): allez sur la market place de Facebook, regardez la catégorie loisirs, sinon tapez dans le moteur de recherche : lot couture, tissus, fils etc.. il y a des bonne affaires à faires, des gens qui vendent par lot, des déstockages!
Après il m'arrive d'acheter la mercerie en plus d'un tissus sur une boutique, en fonction des frais de port pour rentabiliser, si ils ont des tissus qui me plaisent.

Niveau budget: budgettez plutôt par projets, évaluez si ça vous revient au même prix maxi qu'un vêtement (de la même qualité bien sur), voire même moins cher. Sinon ce n'est pas la peine.

Et surtout, n'oubliez pas la méthode BISOU, elle es encore plus utile ici!





Pour Finir, je parlerai du coté confection:
J'en reviens toujours au bon vieux leitmotiv : moins mais mieux !
j'ai pris le parti de coudre au fil de mes besoins, de prendre le temps de choisir le modèle, de prendre le temps de le coudre.
Je me planifie des étapes, selon les difficultés, le temps qu'elles prennent.
Je me fais même une liste des étapes sur le Bujo.
Quand je me lance, je me concentre donc sur une étape ( la suite viendra en son temps), j'y mets le temps qu'il faut.
Je prends le temps de tester sur des chutes, les points, le montage que sa demande.

Je vous parlais ici, de mon objectif, mieux apprendre pour mieux coudre: j'essaye de ne pas céder aux nouveaux gadget et accessoires, mais plutôt de coudre comme le faisaient nos grand mère ,où selon les techniques de professionnels ( qui eux n'avaient pas tous ces gadgets). Mon but étant de progresser, non pas d'aller vite.

J'essaye d'utiliser mes chutes : pour faire du biais, des encolures et emmanchures, des accessoires , sinon je les gardes pour une amie qui fait du patchwork

En essayant de suivre cette ligne, j'arrive à bien maitriser mon budget couture tout en gardant le plaisir de coudre

Bon, voila, je pense que vous ave tout pour coudre comme une licorne : si je devais résumé en un mot: le principal outil pour cela, c'est le discernement pour bien analyser les propositions.

dimanche 15 septembre 2019

Eloge du Troc au SEL

Comme vous avez pu constater, dans certains articles je vous parlais du troc au sel, des trouvailles , des Bourses d'échanges.
Peut être ce système ne vous dit rien, alors avant de développer mon  exposé" sur le sujet, voici quelques précisions.

Le Troc au sel,  c'est système d'échange Local , qui  fonctionne comme une association: on adhère pour participer ( ici : 9€  que l'on soit sel, en couple , en famille). Ensuite il s'agit d'échanger des biens, des services ; soit biens contre biens, ou service contre services, soit contre une monnaie " fictive"  ( chez nous c'est les épis). A l'adhésion on démarre avec un crédit de 100 épis, puis quand on propose un biens ou un service à un demandeur ,il nous donne des épis en échange ( ici 60 épis pour une heure de service, pour le reste c'est entre adhérents).
Chez nous, il y a 3 Bourses Locales d'échanges : des rencontres entre adhérents, où l'on accueille aussi les visiteurs qui viennent par curiosité ou pour adhérer. En général , on partage un repas le midi, et tout au long de la journée, on a un stand avec les objets qu'on propose au troc ( pour ceux qui veulent), on anime des ateliers  thèmes ( zéro déchets, réparations, plantes , bien être). Un vrai moment conviviale.

Voilà pour ce qui est de l'explication, pour en savoir plus sur les SEL, ici vous retrouverez l'annuaire des SELS pour en trouvera un prés de chez vous.
Par le sel, vous pouvez aussi voyager, et loger chez d'autres sellistes de France Grace à la route des sels.

Le Troc au SEL nous a permis de nous intégrer dans notre nouveau cadre depuis notre arrivée.
Je connaissais ce système, à Paris il y en agit un, mais faute de temps, on n'y est pas allé.
Il faut dire aussi, qu'être une licorne, m'a ouvert vers ce système; et bien d'autres alternatives qui tout en étant écologiques, économiques; créent du lien social.

Et donc, grâce au SEL ( et d'autres associations, dont je parlerai dans d'autres articles), nous nous sommes créé un réseau d'amis.
C'est d'ailleurs grâce au SEL, que j'ai fait la connaissance d'une de mes voisines ,habitant à 10 minutes de chez moi à pieds ( les autres voisins sont un peu " trop" casaniers). Depuis, avec cette amies, on se prète  des livres, on fait des achats groupés, on fait nos courses ensemble le samedi matin, on se rends services pour des déplacements, et on fait des ballades ensemble.

Avec une autre dont je parlais ici, je vais au marché, au groupe de couture, on a organisé une petite exposition sur la biodiversité.

Grace au SEL, j'ai pu trouver  du tissus pour coudre ( vu le prix du tissus), des vêtements, et récemment un prêt de journaux de couture avec patrons.
Suite à mon annonce ( tous les 15 jours , les annonces des adhérents sont publiées), une adhérente m'a contacté, elle avait plein de journaux et voulait bien m'en prêter.  Je suis allée chez elle, on a bien échangée sur la couture, elle m'a proposé son aide pour des créations, et aussi un covoiturage pour les boutiques de tissus, ainsi que pour les puces de couturières du secteur ( dont elle connaît les dates et lieux).

Le SEL nous aussi rendu services pour des petits travaux : une chatière, réparation de mon vélo...
J'ai appris à faire des confitures avec les peaux d'oranges ( même si par manque de temps, et de courage, je fais moins); depuis je garde les peaux d'oranges pour une amie qui fait ses confitures.

J'oublie certainement des choses, car faire appel au SEL, est devenu un réflexe chez nous, et nous rends bien services tout en créant du lien!

Il y a plein d'autres associations comme cela, je vous parlais l'an dernier de la maison pour tous, qui propose une ludothèque , à laquelle on est adhérents et bénévoles.

Je prévois d'autres articles mettant en lumière une association du coin, et vous proposant des pistes pour trouvera chez vous.

dimanche 8 septembre 2019

Faire avancer le schmiblik

Comme aurais dit Coluche. D'ailleurs finalement en y repensant il avait peut être une petite tendance Licorne. Puisque c'est de lui que vient la fameuse phrase " si on l'achète pas, ils le vendront plus" ( ou quelque chose dans ce genre). En gros, c'est le pouvoir de voter au quotidien.

Mais ça marche aussi dans le choix de nos mots, dans la communication. Est ce qu'un commentaire non constructif, juste pour le plaisir de mettre son grain de sel, fait avancer un débat, sans ' apporter rien de plus ?

C'est le leitmotive des licornes, pour communiquer en toute bienveillance. La Bienveillance ne veut pas  dire, de trouver tout positif et de voir des arc en ciel partout... C'est une réfection au  de la de ces à priori. Elle implique de faire une pause, faire un pas de recul pour reconsidérer la situation, et se demander ce que ça apporte ( autant à soi qu'au autres), notre  commentaire.

J'en entends déjà certains ( y avait pas déjà qqun qui disait ça), penser très fort " oui maison a le droit de donner notre avis". Oui mais avant de le donner , on a aussi le droit de se demander quel seront les conséquences , et de poser la question du but de cet phrase. Ce droit devient plus qu'un droit, mais une responsabilité, qui a un autre poids dans nos mains. Et si cet avis n'apporte rien de plus, on aura l'air fin, ça fera comme un plouf dans l'eau, un ricochet raté! Et si jamais les ricochets devaient éclabousser d'autres jusqu'à les mettre mal à l'aise, que ferions nous après?  Quels est le but de ce commentaire? Faire mal gratuitement, réagir parce qu'on est pas d'accord?

Je ne sais pas vous, mais moi de plus en plus je réfléchis à deux fois, pour un commentaire que ça soit oral ou écrit. L'ambiance est plutôt bien: Est-ce que ça vaut la peine que je plombe tout avec un commentaire à deux balles? Si je n'ai pas mieux à proposer , ou une alternative, je préfère me taire.
Le silence est souvent une bonne réponse à des situations tendues: il laisse le temps à la personne de ravager sa phrase et reconsidérer la situation, et pour l'autre qui se trouve face à un silence, lui permet de réaliser, sans qu'on aggrave la situation , la portée de ce qu'il vient de dire.

Je ne dis pas qu'il faut tout garder pour soi, mais prendre le temps d'y penser. Souvent je me laisse un délai avant de reparler d'une chose: soit elle s'efface soit elle me revient autrement.

C'est aussi, une économie de temps d'énergie pour moi, plutôt que buter sur un point. Sur les réseaux j'essaye aussi d'appliquer cette réflection : quand un post à déjà un certains nombre de commentaires, je me dis que ma réponse a du bien être dite par quelqu'un d'autre. Si je n'ai pas de réponse, je passe. Si je ne suis pas d'accord, mais que je n'ai pas d'argumentation je passe aussi.
En fait j'applique la encore la méthode BISOU, ou la Méthode PENSE ( Positif ou Pertinent, Exact, Nécessaire, Sage ou Stimulant, Enrichissant).
La plus part du temps j'en sors aussi enrichi, car contente d'avoir pu aider vraiment, d'avoir fait plaisir gratuitement, et fais naitre un vrais échange.
La plus belle preuve, c'est quand j'écris un petit mail à une bloggeuse, je commence par remercier pour ce que m'a apporté son blog, son article avant de poser une question. En général, j'ai en retour la satisfaction de la bloggueuse d'avoir reçu ce message qui la stimule a continué et partager gratuitement son contenue.
On prends du temps pour cela, ça nous fait plaisir de partager, alors un petit mot ça fait du bien.
Ça fait plus avancer le schmilblick, même une critique constructive.
CQFD!

dimanche 25 août 2019

Mon jardin économe et écologique

L'autre jour, en parcourant le fil de discussion du groupe jardiner pour la biodiversité, je tombe sur un sondage proposé par une personne souhaitant monter une jardinerie.
Au fur à mesure des questions, je m'aperçois que je peux me passer des produits proposé en jardinerie. Depuis un peu plus d'un an que nous sommes là,  j'ai organisé mon jardin de façon naturelle et écologique et du coup  engendre moins de dépenses.

Je n'ai rien inventé, ni révolutionné. Depuis que vous me suivez vous savez que je suis orientée écologie, permaculture, pour travailler en harmonie avec la nature. Je vais donc partager ici mes pistes ( que vous connaissez surement).


  1. Se fournir en plantes, graines, fleurs : 1) A la fin de l'été, au début de l'automne je récolte les graines des fleurs, que je garde soigneusement dans des petits sachets ou boites. Je garde aussi les graines de courges diverse,  les pomme de terre germées, que je replante régulièrement . 2) merci le compost : l'an dernier il nous a permis d'avoir des pommes de terres , des tomates cerises. 3) par le troc au sel, les bourses aux plantes, je récupère des graines, des plants, des boutures. 4) Je tente aussi parfois le bouturage. Du coup, il me reste juste à racheter quelques plants soit en direct chez des producteurs lors de ventes spéciales, soit à la jardinerie du coin .
  2. Nourrir, le sol et les plantes : 1) le compost maison, qu'on bichonne bien . 2) le paillage : vous me connaissez bien maintenant c'est un allié précieux. d'autant plus que je fais avec ce que j'ai sous la main ( tonte du jardin, herbes coupées°), j'ai même lu dans un numéro de terre vivante, qu'o peut pailler avec tout ce qui vient du jardin. en automne, je me sert de des feuilles mortes variées. Depuis que j'ai lu cet article, je récupère les fleurs séchées des arbustes, les feuilles séchées sous les haies. Le paillage est un 3 en 1 : nourrit le sol, le protégé des aléas du climat et garde l'humidité qu'il absorbe ( ce qui réduit la fréquence d'arrosage) 4) les engrais vers : le premier gratuit que j'ai sous la main sans rien faire, c'est le trèfle ( surtout ne le jeter pas c'est une réserve à azote), donc quand je désherbes une parcelle, je mets de coté le trèfle. Ce qui pousse aussi naturellement chez moi c'est la Vesle commune, du coup je déshabille Paul pour habiller Pierre. Sinon, la seule chose que j'achète en Jardinerie c'est de la phacélie ( et encore l'an dernier je l'ai eu par my troc).
  3. faire son terreau : rien de plus simple la recette est ici
  4. Tuteurer : Chez moi, c'est tiges de bambou, qui trainaient dans la cabane de jardin ( on a aussi des bambou devant la maison), sinon n'importe quel  branche de bois solide.
  5. Indiquer : chez moi c'est la solution la plus simple et économique : des morceaux de cageots sur lesquels j'inscrit les plantes.
  6. Protéger: je le fais parfois : des cloches avec des demie bouteilles plastiques, ou sinon pot en verre ( j'en ai plus), la cendre , le marc de café ( anti limace , fourmis, et aussi engrais). Associations de légumes entre eux, ou associations avec des fleurs
  7. Soins des plantes : . des purins de pantes diverses ( dont l'ortie), vigilence et surveillance.
  8. Materiel: Cetres on s'est équipé avec une bases de quelues outils solides, on a compléter avec l'achats d'occasions. 2) bricollage et récup : des pots à semis avec les tubes en cartons de papier toilette ( je garde avant la periode des semis), un semoir.
Je m'inspire beaucoup du forum permaculture, pour trouver des alternatives.
Voila , je pense avoir tout dit, sur mon organisation au jardin, en esperant que ça inspirera les lecteurs. Mon petit gestes colibri pour un monde plus sain.

dimanche 18 août 2019

Ma révolution textile !

Elle vraiment commencé, lorsque je suis devenue Licorne.
J'ai arrêté les achats inutiles, les achats fast fashion pour me tourner vers l'occasion.
La plus part des vêtements, que j'ai trouvé tiennent assez longtemps. Grâce à la méthode BISOU, j'achète moins mais mieux.
Ma garde robe ne déborde pas, et je revouvèle quand j'ai besoin.
En janvier, quand j'ai le reportage sur le gaspillage vestimentaire, j'ai décidé d'agir plus contre ce fléau ( je vous en parlais la).
J'ai rejoint un groupe de couture : dans lequel, on répare, on transforme et on cours nos vêtements.
Dernièrement, j'ai vu passer un article sur le groupe du défis rien de neuf dont le titre était Marie Kondo, responsable  d'un afflux de dons, dont personne ne veut ( je n'ai adhéré à cette méthode, question de choix personnel). Mais cet article m'a donné envie d'écrire celui la, pour partager ma façon de faire.
Chez moi, le tri se fait en gros, deux fois par ans et me prends pas plus d'une heure.
De temps en temps, certains vêtements, sont mis de côté.
Donc en général c'est aux changement de saisons, voire températures , saisons froides et saisons chaudes ( ça correspond aussi à la période des bourses aux vêtements).
  • je commence par faire le point sur ce que j'ai pour la saison à venir:
- Ce que je garde, qui me plaît toujours, qui me va encore, qui est encore en état ( 70% qui reste dans le placard)
- Ce qui me plait encore, mais nécessite une retouche , une réparation dans mes capacité : seule ou avec l'aide du groupe couture (10% direction le panier retouches)
- Ce qui me va plus ( taille, style ..), ou tri après nouveaux achats ( un qui rentre un qui sort) = 10% direction sac pour vestiaire solidaire.
- Ce qui n'est ni mettable, ni réparable ( dans mes possibilités : 10% direction panier recup ( tissus, pièces détachées...)

 Du coup, ne part à la benne de tri, que les chutes inutilisables accumulées : sac qui met du temps à se remplir.

  • Pour renouveler, j'essaye d'adopter une garde robe responsable avec des vêtements qui me vont, qui me plaisent et dans les quels je suis à l'aise, et donc que je suis sure de porter souvent.
Pour cela plusieurs options :
Option 1: les coudre, en fonction des besoins, du budget ( façon licorne).
Si trop complexe, ou pas dans mes compétences :
Option 2: le vestiaire solidaire; en apportant ceux à donner , j'en profite pour faire un tour et chercher ce dont j'ai besoin ( ainsi la boucle est bouclée)
Option 3: les bourses aux vêtements ou vide grenier: en général j'ai noté la date sur mon bujo, c'est pourquoi le tri se fait à ces période là. J'y vais avec ma liste ( pas grande non plus) et 20€ en liquide ainsi je dépense pas plus ( souvent c'est moins).
Option 4: la ressourcerie, qui vient d'ouvrir et a un coin vestiaire.
Option 5: le troc au sel. Soit en demandant, soit quand un adhèrent propose un sac ou une valise de vêtements à ma taille. Je récupère la valise, j'examine, j'essaye, je garde. Je recontacte la personne, on se met d'accord sur le nombre d'épis et le tour est joué, elle repars avec ce que j'ai pas pris.

Ce n'est qu'apres que viennent le bon coin et Vinted, en local si je n'ai pas trouvé avant.

Et puis, de temps en temps, je me fais plaisir avec du neuf: durable made infrance, éthique en promo si possible sinon à l'occasion d'une fête, anniversaire...

Voilà à mon. Niveau comment je mène ma révolution textile, contre le gaspillage vestimentaire. Une goutte d'eau certes, mais importante.

dimanche 4 août 2019

Mieux apprendre, pour mieux coudre...

Encore un article sur la couture ( je sais yen a plien, loin de moi l'idée de rivaliser.
je ne veux pas non plus vous dresser une liste des blogs, chaines YouTube sur le sujet ( ya aussi plain d'articles qui le font très bien).
Depuis que j'ai repris la couture, je cherche à aller à l'essentiel, sans m'attarder sur les gadgets pas forcément indispensables.
Alors comme je l'exprimait déjà ici, je me suis posée la question de " comment on faisait avant", quelles sont les techniques de pros pour bien coudre.
A force de parcourir le web j'ai trouvé quelques pistes sérieuses, que je voulais partager avec vous, qui méritent d'être connues ( si elles le sont pas encore).

  • Mon premier choix ( même si c'est pas la première découverte), c'est 432 HRZ Couture ! Pourquoi ? parce que c'est là que j'ai le mieux appris, et que j'ai pu me perfectionner. Les cours vidéos sont très bien expliqués, vous donnent les bonnes techniques, pour avoir un travail de qualité. Il y a deux programmes débutants gratuits : un atelier où vous apprenez à votre rythme les " opérations couture", accompagné d'un document pdf qui reprends en détail les points abordés dans la vidéo. Le deuxième atelier, se déroule en 3 phases : maitriser sa machine avec les technique, les gestes précis, pour s'entrainer, un atelier patronage pour créer une pochette de rangement et un une vidéo qui vous explique l'assemblage pas à pas. A coté de ça, vous trouverez des articles très bien faits sur des techniques diverse, des vidéos sur des points précis : le point d'arrêt parfait, régler la largeur du point, la tension des fils, les réglages .. Et en plus des tutos pour quelques modèles débutant et plein d'autres choses que je vous laisse découvrir en cliquant sur le lien. Une dernière chose, La créatrice du blog, a lancé une opération tIpee, pour faire durer la chaines proposer d'autres vidéos de qualité sans être sponsorisée, affiliée. Je n'ai rien à y gagner d'en parler, c'est de plein grés et souhaitant l'encourager que je vous en parle.
  • Le deuxième est aussi bien, c'est une chaine YouTube Couture académie.  Depuis que je la suis, je progresse aussi vraiment. Animée par une spécialiste de la haute couture, elle donne Tous les conseils et astuces du reprisage, à la confection , en passant par les techniques de bases; avec des mots simples , des explications compréhensibles même quand on débute. Regardez dans ses playlistes , vous trouverez surement votre bonheur!
  • J'ai découvert récemment, " les coletteries", un site en anglais qui est associés à une collection de patrons :colette pattern . On y trouve en détails plein de conseils pour les finitions, des techniques de professionnelles ( dont je suis adepte ). J'ai vraiment été séduite par la précision du contenu. J'ai même pu récupéré un guide complet en PDF sur les ourlets et finitions.
  • le dernier mais pas des moindres c'est Artesane ( je vous en parlais dans cet article), il ya quelques vidéos gratuites qui aident beaucoup avant de se lancer : apprendre à coudre comme une pro, maitriser sa machine, prendre ses mesures, les pieds presseurs, les outils de coupe. Ensuite à petit pris, on peut se lancer avec des petites réalisations, et petit à petit s'offrir des cours sur des points précis : pince, fronce, cols, etc...Les vidéos sont découpées par chapitres, il ya un e plateforme d'échanges, des documents qui accompagnent, des explications sont claires et très professionnelles, tout en restant accessibles.
  • Petit ajout : trouvant tout de même les cours proposées sur artesane un peu cher ( faut attendre des réductions sinon), j'ai trouvé une astuce : regarder les sew along et  tutoriel videos de réalisations de patrons, gratuites. Même si je ne fais pas le patron, j'apprends énormément sur le montage.

Voila , je n'en citerai pas plus, il y en a des tas; ceux font partis de mes favoris pour bien progresser. Après ça évolue selon les gouts et envies de chacun : faire des accessoires des vêtements selon son style...

dimanche 28 juillet 2019

En mode Zero Gaspi

Entre le jardinage, la couture, la lecture ,les sorties; il Y a la cuisine ( faute bien manger un peu quand^même).

J'essaye de plus en plus d'utiliser les légumes de A à Z, ou plutôt de la tête au pied .
De réutiliser les restes. Bref d'en jeter le moins possible. Même si c'est pas perdu totalement puisque ça va au compost.

Cet hiver, j'ai beaucoup réutiliser
  • les verts de poireaux, en tarte, soupe.
  • Les fanes de carottes en soupe, la saison des soupes étant finie ( quoique j'aime bien aussi les soupes froides), je fais en faire des tartes .
  • J'ai gardé mes pelures d'oignons, ails pour en faire un condiment ( vu sur le livre cuisiner les épluchures).
Avec le printemps :
  • Mes radis n'ayant pas trop grossis ( je les ai trop serré), par contre ils ont donné de belles fans, j'ai ai fait des beignets avec un pied de choux fêlure mixé.
  • C'est la saison des oignons blancs, je viens de découvrir une recette simple d'omelette aux tiges d'oignons.
  • C'est aussi saisons des petits poids, je vais testé la soupe froide de cosses de petits poids et menthe ( un mixé entre la soupe chaude avec de la menthe et la froide aux herbes)
Voila pour l'instant l'inspiration de saison!
- En ce qui concerne l'utilisation des reste , je vous recommande ( je crois en avoir déjà parlé), le blog:
La petite cuisine de Nat : vous y trouverez plein de recettes classiques, mais aussi une section sur les restes, et une anti gaspi.

- Pour l'utilisation des fanes :
Je cuisine mon potager : des recettes avec les fans sont répertoriées, vous revient vers des liens. Et des  pages par légumes.

L'an dernier, je me suis offert d'occasion : je cuisine les restes et faits des économies des éditions terre vivantes.


On trouve plein de conseils et des recettes simples pour réutiliser le moindre reste.