dimanche 29 juillet 2018

les petites bêtes aussi!


Je vous parlais dans un article précédent, des bénéfices de certaines plantes sauvages au jardin.
Aujourd'hui je vais vous parler de l'intérêt de maintenir un sol vivant, et de faire attention aux petites bêtes.

Comme on l'entend de plus en plus, il est primordial de veiller à la biodiversité des espaces dans la nature. A petite échelle dans votre jardin vous pouvez faire votre part ( tout en ne faisant pas grand chose).

Oui, car plus on travaille le sol, plus on détruits d'écosystème et la vie qui s'y trouve: si vous retourner trop la terre, vous allez enfouir les insectes qui vivent en surfacent et qui vont être étouffés, mais en plus vous allez mettre à la surface ceux qui vivent en profondeur et ne peuvent pas survivre à l'air. En gros tout ce qui permettra la vie de votre sol,  de vos végétaux, et donc provoquera une dégradation naturelle des pantes.

En plus, vous vous serez fatiguer pour rien, puisque tout ces organismes vivant travaillent pour vous.
Et voici comment :

  • Les Éboueurs du sol-> les hannetons : ils décomposent les brindilles, les racines, les bois morts, ils participent à la dégradation des feuilles mortes et autres matières organiques.
  • Les ingénieurs -> les lombrics :plus besoins de retourner la terre sens dessus dessous, les lombrics en creusant leur galeries l'auront déjà ( sans compter sur les racines profondes de certaines plantes), les termites jouent aussi ce rôle très bien.
  • Les "hygiénistes" > les limaces: pour tout jardinier "traditionnels" c'est un fléau. Hors si l'on se penche de plus prés sur leur régime alimentaire, on s'aperçoit qu'elle sont détritivore; elles ne manche que les feuilles flétries des laitues, les légumes abimés laissant de coté les sains. Elles régulent ainsi les maladies, en figurant et détruisant les spores des champignons pathogènes.et favorisent la germination des bons champignons.
  • Fourmis et pucerons : contrairement aux idées reçues , les fourmis et le pucerons sont indépendants l'un n'attire pas d'autres. Certains arbres attirent spécifiquement les fourmis, et leur fournissent du nectar par leur feuilles. Une fois relues, elles vont chassés d'autres proies telles que les chenilles ,larves  etc qui s'attaquent aux fruits. Bref, elles sont prètes pour chasser ceux qui s'attaquent aux fruits.

Ceci n'estb qu'un petit exemplaire des services que nous rendent les insectes, pour plus d'informations je vous recommande cet article.

Le site de la graine Indochine vous explique très bien qu'il n'y pas clairement une séparation entre nuisibles et auxiliaire, que tous font parties d'une chaine.

Pour savoir comment mieux accueillir les insectes au jardin ( bien sur l'autel à insectes: bientôt), mais aussi tout simplement , le site jardiner autrement vous explique en détails le principe. Vous y trouverez aussi des fiches sur les insectes.

C'est pourquoi, avant tout travail du sol: engrais, bécher, biner , pulvérisation; demandez vous si vous n'allez pas perturber la vie qui s'y trouve.
Même la bouillie bordelaise est à utilisée avec précaution. Mieux vaut les préparations à base de plantes.

Dans un des prochains articles, dés que je l'aurais construit, je vous parlerai de l'hôtel à insectes.














dimanche 22 juillet 2018

les Mauvaises Herbes sont nos amis!

Quand je me suis lancée dans le jardinage au naturel ( je dis pas permaculture, car je pense pas être au encore au point sur la technique); je voulais le faire pour produire bio et naturel.
Mais une fois dedans, je me rends compte que le concept va plus loin et que la base c'est d'harmonie avec la nature environnante dans un respect de la biodiversité.

Quand on en parle à mes beaux parents qui sont dans le jardinage traditionnel ( loin de moi l'idée de critiquer), ils nous répondent qu'on a un jardin champêtre.

Ce terme, me parait, un peu "léger", ça prouve que ceux qui vous répondent cela, n'ont pas toutes les cartes en main, pour comprendre l'intérêt.

Petit à petit, je me rends compte que chaque élément apporte un intérêt, chacun a sa place dans un écosystème bien rodé. La main de l'homme voulant, tout gérer à sa manière, n'est pas forcément bénéfique.

Plutôt que de lutter contre, faisons avec; on y gagne en temps en énergie, en qualité.

Aujourd'hui je vais donc vous parler de quelques plantes dites " sauvages", que j'ai apprivoisé    appris à connaître et j'en fait métallisés.

Quand j'ai commencé à me pencher sur la question ,c'est à la suite d'un article sur les plantes bioindicatrices( j'en parle ici). Ces plantes vous apportent tout un tas d'information sur votre sol: qualité, quels éléments il possède déjà, et même sa texture, son Ph.

Tout une série d'information à prendre en compte, et qui par la suite ,vous fait gagner un temps fou!
Par exemple, si vous avez des tonnes de trèfles ( comme moi), c'est que votre terrain est riche en azote, donc pas besoin d'en apporter, et tout engrais du commerce ne ferai qu'en rajouter.
Alors cherchons à le rééquilibrer, avec du composte par exemple, des matières sèches ( l'automne, comme les feuilles mortes).

D'autre vous indiqueront que le sol est argileux, à partir de la, on peut se renseigner sur comment entretenir un sol argileux.
C'est la cas du liseron, qui en plus de vous indiquer le type de sol, de part ces racines profondément ancrées dans le sol, travaille la terre, et apporte en profondeur les nutriments.

En se penchant plus sur le sujet, on apprend à connaître , le biotope de son potager et tous les légumes et plantes qui s'y trouvent.
On découvre non seulement pourquoi certaines plantes cohabitent ensemble et d'autres pas, mais aussi les plantes sauvages qui s'accordent avec les plantes cultivées, en leur apportant " services".
Ainsi, on se pose la question de savoir s'il est vraiment nécessaire de les enlever, et du coup on gagne du temps.


Comme beaucoup, j'ai eu un début de printemps, plus vieux, même un début d'été. Qui dit pluie, dit arrivée des Gastéropodes , limaces et Compagnie . Il a fallut protéger les plants, sans tuer ces visiteurs qui sont intéressant et utiles dans l'écosystème ( je prépare un article sur les petites bêtes).

Après quelques recherches sur le net, dans des livres ( là aussi un article ), échange sur Facebook ( c'est utile aussi, on sent moins seuls), j'ai trouvé quelques astuces.

Bon vous connaissez tous ( peut être) l'utilisation du Marc de café au jardin :engrais et répulsif limaces. Il y a aussi la cendre ( mais au printemps) on en a moins.
Alors, j'ai fait avec d'autres choses que j'avais sous la main :

Le Gaillet Grateron: une plante qui s'accroche aux autres, qui colle au main, assez rugueuse. Placée au tout des plants et semis, elle fait une vraie barrière naturelle. Les limaces pliantes, ne peuvent pas circuler dessus.
Il a d'autres vertus aussi, je vous en parlerai surement dans un autre article.

Ensuite, j'ai découvert, l'utilisation des fougères aigle au jardin. Certes, il y a le purin ( mais il faut le temps de le préparer, et le laisser macérer), alors qu'utilisées en paillage, elles ont le "double effet kisscool": elles font aussi barrage fraiches, en se décomposant, elles devienne toxique pour les limaces et en même temps, sont stimulante pour la croissante des légumes.


Vient ensuite, le cas des plantes courantes, celles qui comme leur nom indique recouvre le sol.
Alors oui, on en trouve dans le commerce ;certes elles sont jolies. Mais finalement, vous en aurez des spontanées qui arriveront selon la saison: Véronique , Mouron , lierre, trèfle.
Elles ont une première utilité, outre de faire joli, c'est de protéger le sol de l'érosion, due au intempéries, vous pouvez marchez dessus ( pas en faisant exprès) sans regret.
Certaines avec leur racines profondes vont aussi travailler le sol, lui apporter les nutriments.



Il y a tout un tas d'autres herbes, ou plantes sauvages utiles au jardin pour diverses raisons, pour en savoir plus je vous recommande cet article, qui vous vante les mérites vous pourrez découvrir entre autre les vertus du chiendent , sisi ilen a!

Dans celui la, plus d'infos sur les raisons d'accueillir les herbes folles au jardin:des plantes bio-indicatrices,l'accueil des auxiliaires, protéger et nourrir la terre du jardin,protéger et nourrir les cultures, réduire l'espace à entretenir etc...

Enfin, je partage avec vous d'infos: en octobre télébotanica lancé un mooc sur les "mauvaises herbes"! Depuis que j'ai pris le temps de m'intéresser aux MOOC, je trouve cet outil fantastique!

samedi 21 juillet 2018

Routine Matinale Printemps Eté

En septembre dernier je me lançait dans une routine matinale avant d'aller au boulot!
Elle m'a bien aidé, je l'avoue: entre yoga, médiation, visualisation, lecture, musique j'avais le choix de faire tout ou varier.
C'était une routine surtout pour la vie en appartement.
Je l'ai suivi un peu en arrivant en janvier, févier et un peu mars, vu le temps ça se prêtait à l'intérieur.

Puis les beaux jours sont arrivés et l'envie de sortir, jardiner, me balader aussi.
Alors j'ai modifié ma routine, et j'avoue je me sens encore mieux et motivée.

Je commence par un peu d'exercice: s'il fait beau soit n'accompagne monsieur qui court en courrant aussi ( à mon rythme), soit en vélo. Sinon, quelques exercices de yoga pour démarrer la journée.
Parfois aussi dehors si le temps est au rendez vous.
En rentrant, une douche, puis un tour au jardin, pour quelques soins des plantes, arrosage, désherbage etc..
Ensuite , je suis prète pour la routine maison: 15 minutes par pièces, ranger et laver les surfaces dans la cuisine, vaisselle, et linge si besoin.

Puis je mêmes à l'ordinateur, pour un peu d'apprentissage: lecture d'articles sur différents sujets, ou livres. J'ai aussi découvert les MOOC , cours en ligne gratuits ( je vous en parlerai à la rentré), on peut suivre avec des vidéos à notre rythme, répondre à des questionnaires, trouver des ressources échanger. J'ai commencé avec les plantes sauvages, suivi d'un sur la santé des plantes, j'ai appris à les soigner, identifier les maladies et ravageurs, puis l'agro écologie donné par l'université des Colibris; où j'ai pu mieux comprendre certain principes de permaculture. A la rentré il y en aura un sur les " mauvaises herbes".
Jusque là j'avoue mon apprentissage est très basé sur le jardin, étant citadine à la base, j'apprends beaucoup.
Entre temps, c'est grâce à YouTube, que j'apprends aussi.

Je termine la matinée avec un peu d'écriture sur mon blog, ce qui me permet de partager ce que j'ai appris, des réfections des pistes...
Et je fais un saut rapide sur mes mails, Facebook, et pinterest et quelques blogs que je suis.

L'après midi est plus réservée à la détente , entre coupée par un cours de conduite; je lis, je me ballade, me repose.

Je vous parlais dans cet article de suivre son rythme; j'essaye encore plus de suivre en fonction de mon cycle. Après une période à souffrir des SPM (ces inconvénients avant les R), j'ai décidé de me reprendre en main, et grâce à un article de Natasha d'échos Verts, j'ai trouvé un super bouquin, qui m'accompagne dans ces moments. Je vous en parlerai aussi en détails, à la rentré.

Je vous parle, de la rentré, car après cet article, il y en aura un dernier( de l'été). Je fais une pose en aout, et revient fin aout début septembre.

dimanche 15 juillet 2018

Comment se paser de télé !

Dans un des articles précédents, je vous parlais de mes sources d'inspiration en lecture.
Je suis venue à la lecture à un moment où j'avais besoin de ralentir, le rythme metro boulot dodo m'épuisais ! j'adorais mon travail auprès des enfants, et  j'aime toujours: ils ont une source d'émerveillement, vous ramènent au présent, vous déconnecte en même temps de vos soucis d'adultes.
Cela dit, comme dans tout travail, arrive un moment où votre corps dit stop, et mieux vaut 'écouter avant de sombrer dans le brun out.
Je ne vais pas revenir sur cette période, j'en ai pas mal parlé ici!
L'une des solutions, donc à été la réduction du temps devant les écrans et surtout la télé .
Avant, je la regardais pas non plus non stop, mais je pouvais' allumer, et regarder passivement  l'émission qui passait qu'elle soit intelligente ou non.
Puis j'ai eu le déclic, et j'ai commencé à filtrer ( pour l'ordi aussi, je ferai surement un article a dessus plus tard).
En contre partie, je me suis lancée dans la lecture: chaque moment de libre était une occasion : le bus, les pauses, le soir . j'ai donc lu pas mal, je lis encore beaucoup, c'est pas une drogue, puisque ça me fait du bien, c'est un vrai plaisir. Alors oui c'est vrai , là j'ai le temps, mais comme je le dis plus hait, en diminuant les écrans, j'avais le temps .
C'est le blog A livres ouverts, qui m'a motivé dans son article : 5 astuces pour ceux qui n'ont pas le temps!

Géant en au vif du sujet, comment se passer de la télévision, c'est encore un article du blog  A livre ouvert qui m'a inspiré cet article: une bonne bibliothèque peut elle remplacer la télé?

Je pense que oui et je rajouterai qu'on peut compléter par d'autres style de lectures.
Je me suis penchée sur la question et j'ai analysé mes lectures, voila donc le compte rendu:

  1. Il pleut, pas envie de sortir, plutôt d'un moment hygge : un bon livre "Feel Good" pour moi, ou un roman "positif" remplacent facilement une série du même type. Si on est plutôt série policière, on vers les romans du même type.
  2. Envie de me mettre l'eau à la bouche, avant je regardais des émissions de cuisine ( j'en regarde encore pour m'inspirer, quoi que j'ai pas mal d'inspiration avec les blogs que je suis); maintenant je me plonge dans une histoire de cuisine, pâtisserie, créées, crèmes glacée, de saveurs... Ou sinon un livre de cuisine.
  3. Envie de mieux connaître un sujet ( en ce moment, le jardinage,permaculture), je trouve plein de livres sur le sujet à la bibliothèque, je suis une chaine YouTube, ou un mooc. Et pour la détente un roman sur le thème.
  4. Envie d'histoire , une biographie , un roman historique ...
  5. Et quand c'est pas un livre, c'est un article d'une revue.
Je ne fais pas que lire non plus, comme vous avez pu le constater, quand je peux, je suis beaucoup dehors, je jardine . C'est mon moment slow et pleine conscience connectée à la nature, plutôt qu'à l'ordi, j'en ressort ressourcer. Et évidement, il Ya aussi le quotidien , mais en mode licorne sans se mettre la pression, en ne voulant pas être parfaite, ça passe très bien.
Bon, je ne dis pas que je la regarde plus, mais beaucoup moins. Il arrive avec monsieur, qu'on fasse des soirées jeux :je me suis remise aux échecs grâce à un jeu emprunté à la ludothèque ( la encore un moyen de s'occuper pour pas cher), qui permettait des alternatives dans le jeux, du coup on se fait des parties, ou on testé d'autres jeux empruntés, on se fait des soirée lectures, on profite des animations de la ville, des rencontres .
Pour des pistes de déconnection, je vous conseille cet article de la slow life!
Et pour ceux qui se diraient qu'il faut des sous, être riche pour lire, je vous renvoie d'abord à mes articles : les livres d'occasion et les livres gratuits ou encore celui de " a livres ouverts" !

dimanche 8 juillet 2018

A la découverte du Chenopode.

Voila un deuxième article sur les pantes sauvages , pas trop  connues, qu'on qualifie souvent de mauvaise herbes", je vous invite d'ailleurs à cliquer sur le lien pour mieux comprendre l'origine de cette expression: on les appelle aussi ainsi, car on ne les connaît pas.
C'est pourquoi, depuis le MOOC botanique sur les plantes j'ai voulu aller plus loin et me pencher sur chacune de celles que je croise dans mon jardin, et croyez moi, j'en apprends tous les jours et plus je découvre, plus je trouve le jardinage naturel, dans le respect de la nature fascinant mais aussi très efficace.

Je suis actuellement, le MOOC des colibris, sur l'agroécologie ( j'en dirait plus surement dans un de mes articles à venir), bref, j'ai retenu une phare qui est devenue ma doctrine
" Faire le plus possible avec, le moins possible contre"
Donc dans cette optique, partons à la connaissance de la chénopode.

Description : je me sert du livre dont je vous parlais ici.
Toucher : feuilles charnues, recouvertes de poils globuleux se détachant facilement, qui forment vers le haut une couche farineuse


  • Habitat : apparaît rapidement dans les sols juste travaillés. Il fleurit de juin à octobre et se ressème spontanément. Dans les jardins, champs et bords des chemins.
  •  caractéristiques : ), le chénopode indique un sol riche en humus. C'est pourquoi, vous devriez en voir pousser sur votre tas de compost, comme moi! C'est ce qui m'a poussé à me pencher dessus.
  • Je vais commencer par parler un peu de son utilité aux jardin : 
- Tout d'abord, c'est une plante dont raffole les oiseaux, donc pour continuer dans le sens de l'article à ce sujet, pas besoin d'acheter ou chercher à planter quoi que ce soit. Ils iront se servir sur ces plantes et non plus sur vos semis et en plus, mangeront les insectes qui ravagent vos plantent.

De plus, je viens de découvrir et je partage avec vous, que associée à certaines cultures, dont par exemple les tomates, ça permet d'autres variétés, et enrichit le sol . Pour en savoir plus ,je vous renvoie vers cet article vraiment intéressant sur le biotope de la tomate.

  1. Cuisine : plein de recettes possibles, j'ai testé le risotto au chenopode, noisettes et parmesan!
A consommer en petites quantités : la feuille contient des oxalates nocifs pour les reins. La plante est déconseillée aux arthritiques, hépatiques et rhumatisants
Vous trouverez les conseillés cueillettes et préparations ici!

2. EN MÉDECINE :
■ Riche en éléments minéraux : Cuivre, Fer, Phosphore.
 ■ Riche en vitamines : B1, B2, PP et C.
 ■ Tiges et racines soigneraient la bronchite dans la médecine populaire.

- salle de bain: savon, bon j'ai essayé d'écraser les racine en les mixant, mais sans succès. Donc je ne m'attarderai pas trop sur le sujet .

3. sur son rôle au jardin :
Dans l'article sur les oiseaux, je vous parlais de les attirer.
C'est une des plantes garde manger des oiseaux.

Au niveau du jardin même c'est une plante bio indicatrices intéressantes ( je vous parlais de ce caractère ici, j'approfondirait dans un prochain article).
  • Sol riche à excédentaire en matière organique , surtout Nitrate donc un sol bien azoté, ce qui vous aidera pour mieux nourri votre sol. 
  •   Excès d’épandage de matière organique animale non ou mal compostée.
  • Travail des sols par temps trop sec. 
  •  Plante nitrophile caractéristique des libérations brutales d’azote.
Elle pousse jusqu'à une altitude de 1700 m
■ L’espèce se rencontre partout
■ Elle préfère les sols légers, bien drainés mais elle est capable de s'adapter à n’importe quel sol, pourvu qu‘il soit fertile
■ Il possède une racine pivotante profonde.


Pour en savoir plus sur son rôle dans le jardin, je vous renvoie sur cet article au sujet du biotope des tomates.





dimanche 1 juillet 2018

observer les anmaux dans leur espace naturel

C'est officiellement les vacances, et je vous, propose dans cet articles, des idées sorties respectueuses de la nature et surtout des animaux!

Finis, les zoos, parc à thèmes , et toutes autres attractions, où les animaux sont enfermés, tournent en rond et le touriste ; spectateur passif du mal être de ses animaux est en admiration!

Je ne ne suis pas une ayatola, végan, mais la cause animale me touche quand même. Alors ma part du colibri, sera d'observer la nature dans son environnement naturel.

Je ne m'attarderai pas sur les plantes et insectes, juste pour vous dire, qu'il existent plein de ballades sur le thème, se renseigner en mairie ou office du tourisme.

En Loire atlantique, je connais Marmailles et Pissenlit ( si vous êtes licornes, vous avez du entendre son interview dans le podcast du mois :fin juin).

Nous allons nous attarder sur les oiseaux, et animaux!

Voici un petit inventaire des alternatives :

  1. Observatoires Ornithologiques: dans les articles précédents je vous parlais d'accueillir les oiseaux aux jardins. Mais il y a plein de lieu, où l'on peut les observer en pleine liberté dans leur espace naturel. Tout simplement en se rendant dans les observatoires naturels de votre régions.
2. Les animaux en liberté: la aussi pas besoin d'aller bien loin, restons local, il doit y avoir dans votre région, sinon en France pas loin de chez vous des réserves naturelles. Venant des alpes, je ne peux que vous conseiller déjà le parc naturel des écrins!

Mais il y en a d'autres à travers la France.

Dans cet article, vous trouverez d'autres pistes pour les animaux en liberté.

Pour de plus grands animaux, c'est par ici !

Et enfin d'autres alternatives au zoo!

A mon avis, vous passerez, de meilleurs moments de partage avec vos enfants, ils en repartiront avec plein d'apprentissages citoyens et vous aussi.

Pour complèter ces escapades, je vous conseillés le livre copains des bois, il y a aussi copains des oiseaux, et d'autres dans la collection.
Chez nous c'est un exemplaire " collecter" puisque c'est celui de monsieur quand il était petit!
Plein d'idées de bricolage nature, d'informations.
Il doit se trouver d'occasion, sinon en bibliothèque ( la mienne a toute la collection)!






dimanche 24 juin 2018

Inviter les oiseaux dans son jardin

Cet article fuit suite, à celui sur la diminution des oiseaux dans nos campagnes.
Depuis que  nous sommes " à la campagne", je me documente de plus en plus sur mon environnement : nature, plantes oiseaux , jardin...

Donc, là je suis dans le thème des oiseaux , suite à cet article qui m'a touché!
J'ai le projet d'installer un nichoir, mais avant, j'essaye de comprendre comment bien accueillir les oiseaux dans mon jardin. Je vais partager avec vous ce que j'apprends au fur à mesure, car je pense que c'est important de partager pour semer des petites graines...

Je me suis donc plongée dans un livre que mes beaux parents nous avait offert, un Noël , mais qui à Paris nous servait pas vraiment!

Je vous propose donc un petit résumé du contenu :

  • Le jardin : doit être un vraie lieu d'accueil pour les oiseaux.
    • La taille : plus le jardin est grand, plus il offre une variété de végétaux, d'arbustes etc..; donc très intéressant pour les oiseaux.
    • Son environnement : enclavé en pleine ville, n'est pas le mieux, surtout s'il est entouré de jardins " bien péchés" trop " clean"! S'il est proche de zones plus ou moins naturelles intéressantes ( marre, foret, clairière..), les oiseaux seront plus intéressés.
    • Accueillant :  attention au choix des végétaux, l'organisation du lieu, la rigueur dans la gestion.
    • Il faut créer des micros- lieux,
    • La pelouse : ni trop tondue : pas assez intéressante, ni trop haute: car ils s'y sente pas en sécurité
    • L'entretien : différez l'entretient après le début d'été ou printemps.
    • Les arbres : quel intérêts : il s'agit plus d'un observatoire, un dortoir, une ressource alimentaire.
Je vous mets une photo d'un tableau sur les arbres et les oiseaux :
  • une  petite liste de plantes sauvages, qui plaisent aux oiseaux :
    • Pissenlit
    • Renoué
    • Moutons
    • Fumeterre
    • chenopode
    • seneçon
  • Pour retrouver et identifier ces plantes, je vous conseils Télé Botanica, propose tout un tas d'outils! Sinon dans les articles précédents sur les plantes, je vous donne quelques pistes : sites, livres, applications.
  • Pour en savoir plus sur les oiseaux, il existe une superbe encyclopédie en ligne : Ornithomedia
  • La ligue protectrice des oiseaux, propose aussi un site avec des fiches sur les oiseaux!
Voila, profitez bien