dimanche 13 juin 2021

Mon engagement associatif

 Si vous suivez depuis le début ce blog, vous avez pu constater que j'essaye de m'impliquer pas mal au niveau associatif. Déja quand on était à Paris, je participait aux animations de la maison de quartier, à la ressourcerie... Quant on a décidé de quitter Paris, on a choisit une ville où les associations avaient leur place!

C'est non seulement, une manière agréable, de faire de nouvelles rencontres, partager, crérer du lien, mais aussi de s'enganger pour une cause, pour faire évoluer la ville dans laquelle on est!

Depuis le confinnement,j'essaye encore plus dans la mesure des possibilité de soutenir ces associations, notemment Le Transistore, notre recyclerie écocitoyenne, qui oeuvre pour animer la ville avec des activités , des rencotres, des ateliers autours de l'environnment, la réduction des déchets, l'écologie en générale:

  • Ils ont d'abort fait venir un stand de produits vrac sur le marché
  • Puis, avec l'aide de la Mairie, ont lancé un appel à pojet pour une épicerie vrac et locale dans la ville. Qui marche depuis le printemps dernier.
  • Ils sont  entrain de mettre en place un café associatif
  • Il ya eu dseateliers zéro déchets, des conférences...
  • Il ya même un groupe  nommé la chapelle en transition qui est né, et  est en lien constant avec la mairie pour rèflèchir sur des projets.
  • Une bibliothèque partagèe en ligne sur le thème de la transition pour se prèter nos livres et les faire circuler.

Brefs, plein de projets qui font vivre la ville ; c'est pourquoi les soutenir est important pour moi, autant avec mon adhésion, qu'avec une participation bénévole chaque fois que je peux : soit lors de chantier participatif, pour tenir la caisse de la recyclerie les jours d'ouverture, ou à la redaction de la newsletter.

Avec Monsieur, on fait partie du bureau du Troc au sel, juqu'à l'année dernière (aprés ya eu le covid!), on organisait des rencontres sur le thème de repair café, bien êtres , bourses aux plantes etc.. Les Bricoleurs du troc, sont en pleine reflection pour monter un repair café régulier, en partenariat avec le transistore. Plein de projets qui font vivre la ville.

Je fais aussi partie des bénévoles qui s'occupent de la ludothéque: elle fonctionne comme une amap, avec des paniers jeux, choisis par les adhérents. Avant le Covid, il y avait des soirées jeux oragnisées ( maintenant on se retrouve en ligne), vivement qu'on puisse reprendre.

Ces moments de partage me ressourcent, agir concrètement , sortir des ècrans et rèseaux me redonne de l'ènergie positive pour avancer..

Je pense aussi que pour que sa ville vive, il faut s'engager et soutenir comme on peut les assocotiations, les commerces. Il n'y a pas de propositions, solution locale pour un besoin ou un autre: qu'est ce qui nous empèche de le faire savoir, de trouver des idées pour la mettre en place. Sinon, si les habitants se bougent pas, la ville peut peut finir en ville morte. Et on dira, qu'il y a rien, qu'on est obligé defaire des kilomettres. Mais plus on délaisse les solutions locales , moins elles auront du monde et fermeront. Si on veut qu'elle restes où qu'elles se développe c'est à nous de bouger . Les villes ont presque toutes mainetnants, une page web, surlesquelles on peut communiquer, des groupes d'habitants se créé pour proposer, raler sur les défauts, ce qui manque.."


Il existe aussi la plateforme ma ville engagèe, pour lancer des initiatives dans sa villes.

Ensemble on va plus loin!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre cailloux

En harmonie avec mon cycle

Je le disais déja dans cet article, j'ai poursuivi la routine que je m'etais lancée à ce moment pour les pèriodes rouges, ajusté cer...