dimanche 8 septembre 2019

Faire avancer le schmiblik

Comme aurais dit Coluche. D'ailleurs finalement en y repensant il avait peut être une petite tendance Licorne. Puisque c'est de lui que vient la fameuse phrase " si on l'achète pas, ils le vendront plus" ( ou quelque chose dans ce genre). En gros, c'est le pouvoir de voter au quotidien.

Mais ça marche aussi dans le choix de nos mots, dans la communication. Est ce qu'un commentaire non constructif, juste pour le plaisir de mettre son grain de sel, fait avancer un débat, sans ' apporter rien de plus ?

C'est le leitmotive des licornes, pour communiquer en toute bienveillance. La Bienveillance ne veut pas  dire, de trouver tout positif et de voir des arc en ciel partout... C'est une réfection au  de la de ces à priori. Elle implique de faire une pause, faire un pas de recul pour reconsidérer la situation, et se demander ce que ça apporte ( autant à soi qu'au autres), notre  commentaire.

J'en entends déjà certains ( y avait pas déjà qqun qui disait ça), penser très fort " oui maison a le droit de donner notre avis". Oui mais avant de le donner , on a aussi le droit de se demander quel seront les conséquences , et de poser la question du but de cet phrase. Ce droit devient plus qu'un droit, mais une responsabilité, qui a un autre poids dans nos mains. Et si cet avis n'apporte rien de plus, on aura l'air fin, ça fera comme un plouf dans l'eau, un ricochet raté! Et si jamais les ricochets devaient éclabousser d'autres jusqu'à les mettre mal à l'aise, que ferions nous après?  Quels est le but de ce commentaire? Faire mal gratuitement, réagir parce qu'on est pas d'accord?

Je ne sais pas vous, mais moi de plus en plus je réfléchis à deux fois, pour un commentaire que ça soit oral ou écrit. L'ambiance est plutôt bien: Est-ce que ça vaut la peine que je plombe tout avec un commentaire à deux balles? Si je n'ai pas mieux à proposer , ou une alternative, je préfère me taire.
Le silence est souvent une bonne réponse à des situations tendues: il laisse le temps à la personne de ravager sa phrase et reconsidérer la situation, et pour l'autre qui se trouve face à un silence, lui permet de réaliser, sans qu'on aggrave la situation , la portée de ce qu'il vient de dire.

Je ne dis pas qu'il faut tout garder pour soi, mais prendre le temps d'y penser. Souvent je me laisse un délai avant de reparler d'une chose: soit elle s'efface soit elle me revient autrement.

C'est aussi, une économie de temps d'énergie pour moi, plutôt que buter sur un point. Sur les réseaux j'essaye aussi d'appliquer cette réflection : quand un post à déjà un certains nombre de commentaires, je me dis que ma réponse a du bien être dite par quelqu'un d'autre. Si je n'ai pas de réponse, je passe. Si je ne suis pas d'accord, mais que je n'ai pas d'argumentation je passe aussi.
En fait j'applique la encore la méthode BISOU, ou la Méthode PENSE ( Positif ou Pertinent, Exact, Nécessaire, Sage ou Stimulant, Enrichissant).
La plus part du temps j'en sors aussi enrichi, car contente d'avoir pu aider vraiment, d'avoir fait plaisir gratuitement, et fais naitre un vrais échange.
La plus belle preuve, c'est quand j'écris un petit mail à une bloggeuse, je commence par remercier pour ce que m'a apporté son blog, son article avant de poser une question. En général, j'ai en retour la satisfaction de la bloggueuse d'avoir reçu ce message qui la stimule a continué et partager gratuitement son contenue.
On prends du temps pour cela, ça nous fait plaisir de partager, alors un petit mot ça fait du bien.
Ça fait plus avancer le schmilblick, même une critique constructive.
CQFD!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre cailloux

Mon engagement associatif

 Si vous suivez depuis le début ce blog, vous avez pu constater que j'essaye de m'impliquer pas mal au niveau associatif. Déja quand...