dimanche 2 août 2020

Tricot et crochet anti gaspi

C'est une notion qui prends toute sa place au sein du tricot. La laine coutant un certain prix, il faut l'utiliser jusqu'au bout'
De pus on évite de crèer de nouveau  déchets en réutilisant ses restes ( jusqu'au plus petit bout) on a tout à y gagner car ils servent pour beaucoup de choses.
L'anti gaspillage pour moi, commence par acheter la juste quantité, en fonction du projet , en prenant juste une ou deux pelote en plus ( souvent c'est indiquè sur le patron ou sur  les pelotes, sinon je fais le calcul) J'évite de d'acheter si j'ai pas de projets, et comme je tricote à mon rythme selon mon emploi du temps, alors c'est un à la fois.
Si vous suivez ce blog vous connaissez la philosophie : le plaisir ne passe pas par la (sur)consommation.


Il me restait une pelote et demie ou un peu plus, du pull de monsieur.
C'est devenu un bonnet.

Pour voir si j'avais assez pour un bonnet, j'ai pesé  ma pelote et demi, et calculé le mettrage restant par arpport au mettrage sur l'étiquette: 50g pour 100M
et fais le produit en croix pour trouver le mettrage par rapport au poids qu'il me restait.
De mémoire 70G : donc si pour 50 j'ai 100m pour 70 j'ai X grammes
                                50x= 70x100
                                 x= 7000/50 = 140mettre
J'ai ensuite cherché un patron de bonnet avec le même type de laine.


C'est toujours intéressant de savoir le mettrage restant, on peut ensuite évaluer ce qu'on peut faire .



Vous trouverez plein d'idèes d'utilisations des restes ici et la 



On peut aussi  utiliser les fins de pelotes pour un mème patron.
Il faut d'abord identifier quel type de laine on a et quelle aiguilles vont avec.
 Voici quelques exemples de modéles avec des fins de pelotes




Vous pouvez aussi vous joindre à Kal( ou le faire plus tard, ) qui encourage à utiliser ses fins de pelotes. 

Everything is scrap: est pas mal , il propose differents type de châles et vous donne les indications pour associer les fils.

Ou Stash sous controle: qui motive pour tricoter son stock.

La joueuse de pelotes a fait un super tableau qui indique quelles aiguilles utiliser avec  deux fils différents.




Mon premier pull n'ayant pas aboutit, car j'avais mal fait mes calculs et il s'est avèrè trop serré.
Pour ne pas perdre la laine, je l'ai détricoter et "reconditionné" en suivant les conseils de la joueuse de pelotes.
Puis j'en ai fait une écharpe et un bandeau au point brioche et des mitaines.

 Je voulais ajoutè une petite touche dèco:
j'ai brodè avec un reste de laine blanche .
Voici un un tuto pour broder un bonnet.
Et pour apprendre à broder sur un tricot
Quelques idèes de broderies dècoratives.

J'ai aussi fait le point dans ma petite corbeille à crochet, Et avec les qques petites pelotes de coton qui me restait j'ai fait des cotons démaquillant ( enfait surtout soin pour moi).


Je vous ai trouvé un site qui propose pas mal de tutos accessoires maison zd!

Si vous aimez les livres , je vous en recommande 3 :
 - le premier il est ècrit par la joueuse de pelotes : accessoires de salle de bain au tricot
-Le deuxieme c'est Carrès durables au tricot
- Le troisieme : carrès durables au crochet

Je vous livres quelques pistes d'utilisations des bouts de laine:
- Vous pouvez broder sur vos ouvrages avec
- Les utiliser à la place du ramasse mailles
- Comme fil pour ligne de survie
- les utiliser à la place des épingles pour des repère de couture sur le tricot, pour bâtir, assembler grossierement.
- Vous en servir de marqueurs (je trouve cela plus léger et maniable)
- rembourrer des petits objets : en les mettant dans un petit sachet noués à la machine ou dans un bout de bas abîmé.
- Et même en faire des balles sèchantes


J'espère que ces pistes vous aideront autant que moi.

Bref rien ne se perd tout se transforme c'est aussi surtout  cela l'art du zéro déchet: essayer de ne pas crèer de nouveaux dèchets.

dimanche 26 juillet 2020

Des techniques plus que des outils

C'est en tout cas ce qui m'aide le plus en couture comme en tricot. J'en parlais déja un peu là: apprendre à faire, plûtot qu'avoir le "gadget"( c'est un avis personnel),qui fait à ma place. Du coup j'ai une boite à outils "minimaliste" dans les deux cas.


Aujourd'hui je partage avec vous ces techniques:

  • La première, que j'ai acquis avec le recul, c'est de savoir lire et déchiffrer son tricot. Je vous assure que ça a ètè la première chose qui a sauvé la vie de pas mal de tricot et m'a évité de tout défaire et refaire. .Ça veut dire en premier bien identifier les mailles et leur sens  ,les points , différentes opérations et leur rendus. Une fois qu'on a cela en tête, c'est comme déchiffrer une partition, ça va tout seul, on s'y retrouve vite.
  • Grace aux fiches des pouletes tricoteuses et au micro tutos de la joueuse de pelotes j'ai beaucoup appris.
  • Deuxième chose: ça va vous paraître démodé, mais je préfère largement tout noter sur mon carnet: compter mes rangs, le nombre de mailles, les rèpètitions, le sens du rang etc., au fur à mesure de l'avancement, plutôt que de mieux fier à l'électronique ou une appli. J'ai une trace écrite comme ça.Je retranscrit à ma manière les indications en chiffrant le nombre de mailles d'un style et de l'autre. Je garde les chiffres à répéter et je mets les abréviations. C'est pus facile pour moi à retenir. Au début , je mettais des marqueurs ( ça me stressait de gérer tous les marqueurs),mais ensuite l’algorithme s'est inscrit dans ma têtes et j'utilise un nombre réduit de marqueurs pour des repères vraiment stratégiques.
  • Ensuite j'ai appris à corriger les erreurs au fur à mesure. Enfait en déchiffrant mon tricot, je m’aperçois vite quand il y a un problème, je recompte en fonction des chiffres notés, observe les rangs précédents. 
Et corrige avec la technique appropriée.
Alors oui ça prends du temps, mais avec ces connaissances en tête j'ai l'impression d'avoir franchis une étape.

Certes les outils aident, mais le meilleur outil (d'aprés moi) , c'est le cerveau !
faites mui confiance, si vous l'entrainnez à comprendre comment fonctionnent les choses, il apprivoisera rapidement la technique.
 Il n' y a pas magie proprement dit dans le tricot: la magie réside dans les maths qui se cachent dans la création d'un patron et la rréalisation de ce patron.
Ces formules ne sont pas insurmontables, il faut juste prendre le temps de les comprendre. Il ne s'agit que de multiplication, adidditions, soustraction et division et une infime partie de pourcentage. Avec du papier et un crayon, au pire une calculette on s'en sort.
Au fil du temps, l'étape de lecture du patron et d'analyse des parties s'est intégrée dans ma routine tricot. J'ai petit à petit compris comment le tricot prenait forme et je prends le temps d'expérimenter chaque nouvelle techniques pour en comprendre l'effet. Ce qui m'aide beaucoup dans ce domaine c'est de tester les patrons quand les designeuses en proposent.

C'est un peu comme chez Montéssori, on apprend avec sa propre expérience on en tire les leçons qui nous accompagnent sur tout nos tricot. Notre cerveau se  souvient de ce qu'il a vu et compris et le remet en application, l'adapte. C'est la pour moi le "vrai progrès" dans une techbique.
 

mardi 7 juillet 2020

Merci Patron :)

J'ai trouvé ce titre amusant , pour le jeu de mot qui fait référence à la couture.

Le Gang des blogueuses couturières a encore frappé, lol!
Le thème est : Nos patrons préférés.
Au départ, ce thème ne m'a pas interpellé, puis j'ai  fait une sorte d'introspection sur mon rapport à la couture et mes choix de patrons.

Comme je le disais dans l'article prèdent pour le gang, je suis pour le coudre moins mais mieux.
Alors avant de me lancer dans la rréalisation d'un modèle à partir d'un patron, il se passe en certains temps: le temps de trouver celui qui correspondra à ma personnalité et mon style de vie " casual- champêtre" ( concept perso, lol).

Partant de là, je parcours le net , jusqu'à ce que j'ai un déclic.
Je parcours la galerie de Threads and Needle, les revue de presses de magazines, certains blogs.
Au final, il en ressort que ce sont les patrons maison, ceux qui font peuvent de créativité et d'imagination qui retiennent mon attention. Ils sortent du lot.
Il y a aussi quelques patrons de magazines, qui correspondent à mon style.

Quant aux patrons indépendants, certes ils sont jolis, mais je m'y retrouve pas et si je les croise plusieurs fois, j'ai tendance à m'en éloigner. Pas forcément envie de faire comme tout le monde ( peut être). Si il y en un qui m'interpelle, je vais chercher , un similaire dans ceux que j'ai et personnaliser selon mes goûts. Entait il va me servir de déclic pour éveiller ma créativité: je vais chercher comment je peux modifier quelques détails d'un patron que j'ai ,  le personnaliser, voire le faire moi même à partir de mes vêtements.

Une fois réalisé, je ne le reproduirai pas exactement, je vais essayer d'ajouter un détail, modifier une partie.

Au final, je n'ai pas une sélection fixe de patrons, ceux qui me marqueront sont ceux qui vont éveiller ma curiosité et stimuler ma créativité. C'est pourquoi, j'aime beaucoup les DIY, modification, créations et modifications à partir de mes propres vêtements.

Même un patrons simple, peut me plaire pour commencer  et  pratiquer puis par la suite me permettra d'explorer différentes possibilités.

C'est aussi comme ça, en expérimentant, que je fais mon apprentissage et progresse à petit pas. Un peu comme l'éducation montessori, j'apprends par expérimentation.






dimanche 28 juin 2020

Crèations en confinnement

Comme je vous le disais ici, j'ai profitè de la situation pour prendre le temps de faire les choses.
Donc la production a ètè limitèe mais étalée dans le  temps pour garder le plaisir de faire.

 Je viens juste de finir l'abat jour brodè du bureau .
Commencè en 2018,laisser en attente je l'ai repris et terminè


Je me suis fais un petit plaisir en avril: en faisant le point sur mes ddépenses depuis janvier (mème un peu avant), j'ai constaté que j'avais pas trop dépensé et après le calcul entre dépenses et revenus, j'ai découvert que je pouvais mettre un peu de coté et me faire un petit plaisir.
J'ai donc craqué pour la crochethè box du fil à retorde. Elle propose de la fibre de qualité d'artisans et des petites gourmandises , du thè ( produits locaux), avec en prime un patron. Alors j'ai allié l'utile à l'agrèable. En soutenant cette initiative.
Ma première réalisation fut donc un petit sac en chanvre.





J'ai enfin fini le pull de monsieur, commencé en janvier.
J'ai pris mon temps certes mais tricoter avec plaisir sans stress.



Et je me suis lancée dans les chaussettes. A Noel, je me suis offert avec l'aide monsieur la formation chaussettes à la carte du site les triconautes.

A époque c’était une promo de lancement et la période des fêtes ( Noël), j'ai allié les deux.
Depuis elle est revenue à son prix d'origine ( comprenant tout le travail fourni pour le contenu),mais un peu élevé, à mon goût.
C'est pourquoi ,j'ai pensè aux lectrices qui n'aurait pas le budget , et vous ai trouvé des pistes moins chères voire gratuites.

Mes outils :
- Patience : j'ai pris le temps de comprendre les techniques et dècouper en petites étapes. J'ai mis un mois pour y arriver!
- Persèvèrance : j'ai bien du refaire 10 fois, mais à chaque fois analyser mes erreurs pour les corriger.
- Une paire d'aiguilles circulaire interchangeable ( je n'ai pas le kit), je préfère acheter en fonction de mes besoins dans ma boutique locale sur place.
Et encore et toujours du vintage, qui me vient de ma grand mère : un ensemble de petits crochets fins et aiguilles double pointes.
Je les  gardais par souvenir, au final, ils ont une utilité.





lundi 15 juin 2020

En chemin vers ma garde robe idèale

Je n'ai  pas pour objectif d'en faire une capsule, ni mème ultra minimaliste.
J'ai le nombre et le type de vête qui me correspond.
Cependant j'essaye de la faire correspondre avec mes valeurs !
Grace au défis lancè par Laurie de Un trésor dans mon placard j'ai pu dèfinir plus clairements mes souhaits :
  • Une partie fait main : simpes et  rèalisables à mon niveau ( en ajoutant un petit plus au fur et à mesure) pour pouvoir aller au bout du projet : simplicitè=efficacité ,des vêtements que je sois sure de porter  et durable  dans le temps
  • Dont  une partie au tricot : vous pouvez trouver des pistes dans les articles sur le sujets, je vous en partagerais d'autres au fur à mesure de mes réalisations.
Mes pistes : some place called home pour ses conseils sur les choix des  des matières, formes , style...
Mars-Elle pour ses conseils en cousette durable.
Les videos de 432 hrz couure pour mieux comprendre les textiles ( il ya toutes une partie modelisme, aussi, qui peuvent aider), celles sur les finitions sont trés biens aussi.
Le Guide des tissus de petit citron
Celui de Blousette Rose est gratuit et bien aussi.
  • Une partie upcycling :pour le coté zd et èconomque. Ça va de la réparation , en passant par la customisation  jusqu'à la transformation ( un article à venir sur un projet).

Mes pistes ; 
un tresor dans mon placard pour toutes ses idèes
By sophieb qui propose plein de tutos
Et couture accademie pour ses vidéos réparations

  • Une partie occasion et solidaire:  Recyclerie, Troc au sel, le vestiaire solidaire,et diverses pistes en lignes selon les besoins

Une partie neuve mais ethique : des marques écologiques, françaises, locales.


Mon but n’étant pas de faire de la surconsommation autant dans le fait main, que l'occasion , ma garde robe prendra forme au fur et à mesure de mes besoins. Avec la méthode bisou sous la main comme outil.

J'ai sûrement du deja dire ces mots dans diffèrents articles, mais je voulais synthétiser et partager avec vous quelques pistes.
Je partagerai ici au fur à mesure mes rèalsations, trouvailles sur le sujet.


dimanche 7 juin 2020

Les Gratitudes

C'est le titre d'un des livres lus pendant le confinnement ( 2 , plus un en cours).
Je voulais lire du positif, pas du simple feel good, mais quelque chose de concret qui prouve qu'il y a encore un espoir de solidarité, d'empathie dans ce monde.
Le Premier était "Les victorieuses"de Laetitia Colombani.
Les Gratitudes de Delphine De Vigan, était sur la ma liste d'envie. Je l'ai eu par le troc au sel ( juste avant le confinnment!)
C'est une livre qui nous rappelle qu'on se rend plus compte de l'effet d'un seul petit mot, sur les autres : merci.
Soit on le dit trop machinalement, soit on l'oublie.
On pense s'etre construit seul, on en est fiere, mais nos choix sont inconsciemment guidés par des valeurs de notre entourage ( famille, amis etc).
Et au final, on a gardé le meilleurs et on en tire un enseignement qui nous accomapgne tout au long de notre vie.
Une certaine fièreté, nous fait oublié les personnes que l'on a croisé.
Je ne vais pas lister ici tout ces personnes qui m'ont apporté quelques chose, mais plutôt  faire le point sur ce que j'en ai tiré:

  • Le recul sur les choses: qui m'évite la précipitation et me permet de bien comparer pour  faire les  choix qui me correspondent le mieux.
  • Me donner les moyens de faire les choses: la reflection, l'immagination, la persévérance, pour apprendre de mes erreurs, ne pas butter sur un probléme, trouver des  solutions alternatives.
  • L'ouverture aux autres, pour apprendre des autres, construire ensemble. l'empathie et la présence dans l'écoute pour mieux les comprendre.
  • La curiosité, l'envie d'apprendre, de chercher plus loin les réponses à mes questions pour avancer m'épanouir 
Ces quelques points résument tout ce que j'ai accquis par mes parents et au fil de mes rencontres. Merci à toutes ces personnes qui ont croisé mon chemin( dont deux personnes : Mon papa et mon beau papa), où qui y sont encore.


mardi 19 mai 2020

Une autre Bible dans ma biblio

J'ai profité de ces deux mois de confinement, pour me plonger dans le dernier livre de Marie Duboins, alias La Salade à tout et Herveline Giraudeau de Sortez de vos conapts : " L'abus de consommation responsable rend heureux" .

Enfait c'était fin Mars et déja je voyais sur  les réseaux, malgré le confinement et les restrictions les gens consommer à outrance: par peur du manque certainement ils faisaient des stocks de livres pour les lecteurs, de le tissus pour les couturières, de laines, de vivres etc sans se soucier de la sécurité.

Licorne depuis quelques temps, ces comportements me choquaient, limite m’écœuraient. C’était plutôt la période propice à repenser ses priorités.
Bref, j'ai eu besoin d'une sorte de retour aux sources ( je suis toujours dans le groupe des licornes), mais j'ai eu besoin d'un bon bain de licornie.
Alors j'ai acheté la version numérique du livre!

Et là, ça a été comme un vent de fraîcheur, dans cette période un peu lourde.
Depuis c'est comme une bible, dans laquelle je me replonge , comme une bulle qui me rassure et me fait du bien. Et d'autant en ce moment pendant le déconfinnement où les gens reprennent leur habitudes d'avant.

Et donc, aujourd’hui j'ai décidé de publier cet article, pour partager avec vous ma lecture.
Ce livre, nous plonge au plus profond de notre être, pour nous poser les vraies questions qu'on ose pas se poser. Celles correspondant à nos besoins et qui nous poussent à des attitudes parfois incontrôlées.
Une fois cette introspection faite, les auteures ne nous laissent pas comme ça avec nos valises sur le quai. Elle s nous proposent les outils et techniques de résistance.
Elles décortiquent en profondeur la méthode BISOU, chaque chapitre correspond à une lettre. Elles reprennent le sens véritable de chaque Mot, pour répondre aux bonnes questions.
Ce qui fait du bien tout au long de ce livre, c'est l'humour et l'autodérision, ce qui ne remet pas en question le serieux de la méthode, mais les auteures n'en prennent pas la grosses tête pour autant.
Au final, ce livre nous apprend ou plutôt confirme, qu'on peut être heureux en consommant moins mais mieux, cela n'enlève pas le plaisir mais permet d'en profiter au maximum . Donner du sens à notre consommation fait du bien au moral.
J'en ai tiré quelques leçons, que je partage ici avec vous:
  1. Ne pas se laisser Surconsommer: ni par soi même, ni par les autres. Et appliquer cette doctrine aux autres. De ce fait j'ai fait un grand ménage dans mes groupes FB et sur Instagramm ( pas fan de ce réseaux, je me limite à 3 comptes. De plus j'applique aussi le moins mais mieux dans ce domaine: j'y vais modérément et intervient aussi modérément.
  2. L'information n'as pas accès open bar à mon cerveau : je filtre, et parfois même, me fait des moments  sans connections. Je boude les réseaux pendant un moment pour éviter l’overdose,et me reconnecter aux réel, à la nature, pour ralentir  et mieux revenir.
Ce Livre est une vrai source de bien être pour moi. Il me ressource, me remet sur des rails, quand je me sens dépasser par les attitudes de cette société de consommation. Quand à longueur de journée on entends qu'il faut se faire plaisir et que ça passe par la consommation; il est bon de se reconnecter à soi même pour mieux se connaître, savoir ce qui nous fait vraiment du bien.
En l'occurance chez moi, c'est de partager, faire de mes mains plutôt que de posséder, accumuler. Je profite donc du moment présent sans penser à ce que je vais faire aprés ( en matière de loisirs).
Ce livre me permet de me rappeler mes vraies valeurs, je m'y plonge chaque fois que j'ai besoin.
Merci encore à Marie et Herveline.
Si cet article vous a mis l'eau à la bouche, vous trouverez le livre ici ( lien affiliation chez Decitre pour soutenir Marie)