dimanche 15 juillet 2018

Comment se paser de télé !

Dans un des articles précédents, je vous parlais de mes sources d'inspiration en lecture.
Je suis venue à la lecture à un moment où j'avais besoin de ralentir, le rythme metro boulot dodo m'épuisais ! j'adorais mon travail auprès des enfants, et  j'aime toujours: ils ont une source d'émerveillement, vous ramènent au présent, vous déconnecte en même temps de vos soucis d'adultes.
Cela dit, comme dans tout travail, arrive un moment où votre corps dit stop, et mieux vaut 'écouter avant de sombrer dans le brun out.
Je ne vais pas revenir sur cette période, j'en ai pas mal parlé ici!
L'une des solutions, donc à été la réduction du temps devant les écrans et surtout la télé .
Avant, je la regardais pas non plus non stop, mais je pouvais' allumer, et regarder passivement  l'émission qui passait qu'elle soit intelligente ou non.
Puis j'ai eu le déclic, et j'ai commencé à filtrer ( pour l'ordi aussi, je ferai surement un article a dessus plus tard).
En contre partie, je me suis lancée dans la lecture: chaque moment de libre était une occasion : le bus, les pauses, le soir . j'ai donc lu pas mal, je lis encore beaucoup, c'est pas une drogue, puisque ça me fait du bien, c'est un vrai plaisir. Alors oui c'est vrai , là j'ai le temps, mais comme je le dis plus hait, en diminuant les écrans, j'avais le temps .
C'est le blog A livres ouverts, qui m'a motivé dans son article : 5 astuces pour ceux qui n'ont pas le temps!

Géant en au vif du sujet, comment se passer de la télévision, c'est encore un article du blog  A livre ouvert qui m'a inspiré cet article: une bonne bibliothèque peut elle remplacer la télé?

Je pense que oui et je rajouterai qu'on peut compléter par d'autres style de lectures.
Je me suis penchée sur la question et j'ai analysé mes lectures, voila donc le compte rendu:

  1. Il pleut, pas envie de sortir, plutôt d'un moment hygge : un bon livre "Feel Good" pour moi, ou un roman "positif" remplacent facilement une série du même type. Si on est plutôt série policière, on vers les romans du même type.
  2. Envie de me mettre l'eau à la bouche, avant je regardais des émissions de cuisine ( j'en regarde encore pour m'inspirer, quoi que j'ai pas mal d'inspiration avec les blogs que je suis); maintenant je me plonge dans une histoire de cuisine, pâtisserie, créées, crèmes glacée, de saveurs... Ou sinon un livre de cuisine.
  3. Envie de mieux connaître un sujet ( en ce moment, le jardinage,permaculture), je trouve plein de livres sur le sujet à la bibliothèque, je suis une chaine YouTube, ou un mooc. Et pour la détente un roman sur le thème.
  4. Envie d'histoire , une biographie , un roman historique ...
  5. Et quand c'est pas un livre, c'est un article d'une revue.
Je ne fais pas que lire non plus, comme vous avez pu le constater, quand je peux, je suis beaucoup dehors, je jardine . C'est mon moment slow et pleine conscience connectée à la nature, plutôt qu'à l'ordi, j'en ressort ressourcer. Et évidement, il Ya aussi le quotidien , mais en mode licorne sans se mettre la pression, en ne voulant pas être parfaite, ça passe très bien.
Bon, je ne dis pas que je la regarde plus, mais beaucoup moins. Il arrive avec monsieur, qu'on fasse des soirées jeux :je me suis remise aux échecs grâce à un jeu emprunté à la ludothèque ( la encore un moyen de s'occuper pour pas cher), qui permettait des alternatives dans le jeux, du coup on se fait des parties, ou on testé d'autres jeux empruntés, on se fait des soirée lectures, on profite des animations de la ville, des rencontres .
Pour des pistes de déconnection, je vous conseille cet article de la slow life!
Et pour ceux qui se diraient qu'il faut des sous, être riche pour lire, je vous renvoie d'abord à mes articles : les livres d'occasion et les livres gratuits ou encore celui de " a livres ouverts" !

dimanche 8 juillet 2018

A la découverte du Chenopode.

Voila un deuxième article sur les pantes sauvages , pas trop  connues, qu'on qualifie souvent de mauvaise herbes", je vous invite d'ailleurs à cliquer sur le lien pour mieux comprendre l'origine de cette expression: on les appelle aussi ainsi, car on ne les connaît pas.
C'est pourquoi, depuis le MOOC botanique sur les plantes j'ai voulu aller plus loin et me pencher sur chacune de celles que je croise dans mon jardin, et croyez moi, j'en apprends tous les jours et plus je découvre, plus je trouve le jardinage naturel, dans le respect de la nature fascinant mais aussi très efficace.

Je suis actuellement, le MOOC des colibris, sur l'agroécologie ( j'en dirait plus surement dans un de mes articles à venir), bref, j'ai retenu une phare qui est devenue ma doctrine
" Faire le plus possible avec, le moins possible contre"
Donc dans cette optique, partons à la connaissance de la chénopode.

Description : je me sert du livre dont je vous parlais ici.
Toucher : feuilles charnues, recouvertes de poils globuleux se détachant facilement, qui forment vers le haut une couche farineuse


  • Habitat : apparaît rapidement dans les sols juste travaillés. Il fleurit de juin à octobre et se ressème spontanément. Dans les jardins, champs et bords des chemins.
  •  caractéristiques : ), le chénopode indique un sol riche en humus. C'est pourquoi, vous devriez en voir pousser sur votre tas de compost, comme moi! C'est ce qui m'a poussé à me pencher dessus.
  • Je vais commencer par parler un peu de son utilité aux jardin : 
- Tout d'abord, c'est une plante dont raffole les oiseaux, donc pour continuer dans le sens de l'article à ce sujet, pas besoin d'acheter ou chercher à planter quoi que ce soit. Ils iront se servir sur ces plantes et non plus sur vos semis et en plus, mangeront les insectes qui ravagent vos plantent.

De plus, je viens de découvrir et je partage avec vous, que associée à certaines cultures, dont par exemple les tomates, ça permet d'autres variétés, et enrichit le sol . Pour en savoir plus ,je vous renvoie vers cet article vraiment intéressant sur le biotope de la tomate.

  1. Cuisine : plein de recettes possibles, j'ai testé le risotto au chenopode, noisettes et parmesan!
A consommer en petites quantités : la feuille contient des oxalates nocifs pour les reins. La plante est déconseillée aux arthritiques, hépatiques et rhumatisants
Vous trouverez les conseillés cueillettes et préparations ici!

2. EN MÉDECINE :
■ Riche en éléments minéraux : Cuivre, Fer, Phosphore.
 ■ Riche en vitamines : B1, B2, PP et C.
 ■ Tiges et racines soigneraient la bronchite dans la médecine populaire.

- salle de bain: savon, bon j'ai essayé d'écraser les racine en les mixant, mais sans succès. Donc je ne m'attarderai pas trop sur le sujet .

3. sur son rôle au jardin :
Dans l'article sur les oiseaux, je vous parlais de les attirer.
C'est une des plantes garde manger des oiseaux.

Au niveau du jardin même c'est une plante bio indicatrices intéressantes ( je vous parlais de ce caractère ici, j'approfondirait dans un prochain article).
  • Sol riche à excédentaire en matière organique , surtout Nitrate donc un sol bien azoté, ce qui vous aidera pour mieux nourri votre sol. 
  •   Excès d’épandage de matière organique animale non ou mal compostée.
  • Travail des sols par temps trop sec. 
  •  Plante nitrophile caractéristique des libérations brutales d’azote.
Elle pousse jusqu'à une altitude de 1700 m
■ L’espèce se rencontre partout
■ Elle préfère les sols légers, bien drainés mais elle est capable de s'adapter à n’importe quel sol, pourvu qu‘il soit fertile
■ Il possède une racine pivotante profonde.


Pour en savoir plus sur son rôle dans le jardin, je vous renvoie sur cet article au sujet du biotope des tomates.





dimanche 1 juillet 2018

observer les anmaux dans leur espace naturel

C'est officiellement les vacances, et je vous, propose dans cet articles, des idées sorties respectueuses de la nature et surtout des animaux!

Finis, les zoos, parc à thèmes , et toutes autres attractions, où les animaux sont enfermés, tournent en rond et le touriste ; spectateur passif du mal être de ses animaux est en admiration!

Je ne ne suis pas une ayatola, végan, mais la cause animale me touche quand même. Alors ma part du colibri, sera d'observer la nature dans son environnement naturel.

Je ne m'attarderai pas sur les plantes et insectes, juste pour vous dire, qu'il existent plein de ballades sur le thème, se renseigner en mairie ou office du tourisme.

En Loire atlantique, je connais Marmailles et Pissenlit ( si vous êtes licornes, vous avez du entendre son interview dans le podcast du mois :fin juin).

Nous allons nous attarder sur les oiseaux, et animaux!

Voici un petit inventaire des alternatives :

  1. Observatoires Ornithologiques: dans les articles précédents je vous parlais d'accueillir les oiseaux aux jardins. Mais il y a plein de lieu, où l'on peut les observer en pleine liberté dans leur espace naturel. Tout simplement en se rendant dans les observatoires naturels de votre régions.
2. Les animaux en liberté: la aussi pas besoin d'aller bien loin, restons local, il doit y avoir dans votre région, sinon en France pas loin de chez vous des réserves naturelles. Venant des alpes, je ne peux que vous conseiller déjà le parc naturel des écrins!

Mais il y en a d'autres à travers la France.

Dans cet article, vous trouverez d'autres pistes pour les animaux en liberté.

Pour de plus grands animaux, c'est par ici !

Et enfin d'autres alternatives au zoo!

A mon avis, vous passerez, de meilleurs moments de partage avec vos enfants, ils en repartiront avec plein d'apprentissages citoyens et vous aussi.

Pour complèter ces escapades, je vous conseillés le livre copains des bois, il y a aussi copains des oiseaux, et d'autres dans la collection.
Chez nous c'est un exemplaire " collecter" puisque c'est celui de monsieur quand il était petit!
Plein d'idées de bricolage nature, d'informations.
Il doit se trouver d'occasion, sinon en bibliothèque ( la mienne a toute la collection)!






dimanche 24 juin 2018

Inviter les oiseaux dans son jardin

Cet article fuit suite, à celui sur la diminution des oiseaux dans nos campagnes.
Depuis que  nous sommes " à la campagne", je me documente de plus en plus sur mon environnement : nature, plantes oiseaux , jardin...

Donc, là je suis dans le thème des oiseaux , suite à cet article qui m'a touché!
J'ai le projet d'installer un nichoir, mais avant, j'essaye de comprendre comment bien accueillir les oiseaux dans mon jardin. Je vais partager avec vous ce que j'apprends au fur à mesure, car je pense que c'est important de partager pour semer des petites graines...

Je me suis donc plongée dans un livre que mes beaux parents nous avait offert, un Noël , mais qui à Paris nous servait pas vraiment!

Je vous propose donc un petit résumé du contenu :

  • Le jardin : doit être un vraie lieu d'accueil pour les oiseaux.
    • La taille : plus le jardin est grand, plus il offre une variété de végétaux, d'arbustes etc..; donc très intéressant pour les oiseaux.
    • Son environnement : enclavé en pleine ville, n'est pas le mieux, surtout s'il est entouré de jardins " bien péchés" trop " clean"! S'il est proche de zones plus ou moins naturelles intéressantes ( marre, foret, clairière..), les oiseaux seront plus intéressés.
    • Accueillant :  attention au choix des végétaux, l'organisation du lieu, la rigueur dans la gestion.
    • Il faut créer des micros- lieux,
    • La pelouse : ni trop tondue : pas assez intéressante, ni trop haute: car ils s'y sente pas en sécurité
    • L'entretien : différez l'entretient après le début d'été ou printemps.
    • Les arbres : quel intérêts : il s'agit plus d'un observatoire, un dortoir, une ressource alimentaire.
Je vous mets une photo d'un tableau sur les arbres et les oiseaux :
  • une  petite liste de plantes sauvages, qui plaisent aux oiseaux :
    • Pissenlit
    • Renoué
    • Moutons
    • Fumeterre
    • chenopode
    • seneçon
  • Pour retrouver et identifier ces plantes, je vous conseils Télé Botanica, propose tout un tas d'outils! Sinon dans les articles précédents sur les plantes, je vous donne quelques pistes : sites, livres, applications.
  • Pour en savoir plus sur les oiseaux, il existe une superbe encyclopédie en ligne : Ornithomedia
  • La ligue protectrice des oiseaux, propose aussi un site avec des fiches sur les oiseaux!
Voila, profitez bien


 

dimanche 17 juin 2018

sauvons les oiseaux

Depuis que nous sommes arrivés en Loire Atlantique, c'est à dire 4 mois, j'ai petit à petit appris à découvrir, observer, comprendre mon environnement, c'est à dire la nature!

c'est devenu non pas une passion, mais une cause, une sensibilisation qui me touche particulièrement!
Je vous ai parlé jusque là de la flore ,et c'est pas fini, j'ai plein d'idée en tête sur le thème. Aujourd'hui  j'aborde la faune! Bien évidemment, il y a toutes les petites bêtes j'y viendrai plus tard ( j'apprends aussi à les connaître), mais je veux vous parler des oiseaux!

C'est un article du muséum  d'histoire naturelle qui m'a en quelque sorte " réveillé":
Le printemps 2018 s'annonce silencieux dans les campagnes françaises !
Moi qui ai quitté la ville, pour ne plus entendre, les moteurs, les klaxons etc.., j'apprécie toute la journée, d'entendre les chants des oiseaux, mêlés aux autres bruits de la nature !
Pour tout vous dire, à Paris, je mettais la musique en rentrant du boulot, le matin une ambiance nature sur YouTube. En arrivant en février, c'était un pu silencieux, quoique... Mais depuis le début du printemps, les CD sont rangés, et ont laissé la place à la mélodie de la nature!

Quand il fait beau, j'adhère et laisse ouvert longtemps, pour emplir la maison des sons, et sinon je passe la plupart de majournée,dehors, dans le jardin, sur la Terrace.

Alors , cet article m'a plus que touché, et j'en ai lu un second sur le journal la vie, parlant du même sujet !

  1. Les causes : intensification des pratiques agricoles communes, fin des jachères.:
- le travail trop intensif de la terre, trop en profondeur, provoque la diminution des vers de terre, même lorsqu'on bine trop souvent et par conséquent moins de nourriture pour les oiseaux!
- dans nos jardins parfait, sans une fleur sauvage qui dépassent, on leur ôte aussi le pain de la bouche.
Les conséquences sont donc la diminution des oiseaux.
- les paysages campagnards sont devenus plats, uniformes : plus de haies, de bosquets; plus de refuge pour les oiseaux

2. Que faire à notre niveau? Notre part du colibri :
- leur  offrira, le gite et le couvert : non seulement ils vous aideront à chasser certains nuisibles et en feront leur repas, et de ce fait ne mangeront pas vos plantation et semis. Si vous laissez une parcelle sauvage ,avec des plantes dont ils raffolent ( dont le plantain, article à venir), vous leur préparez un mélange de graines, suspendu à des branches, ils seront ravis!
- les nourrie ainsi, et une compensation face à l'appauvrissement de l'environnement.:
-> en hivers: besoins énergétiques : boules de graisse, tournesol, margarine.
-> en été : protéines, d'où l'intérêt de ne pas appauvrir son sol en vers de terre, et donc favoriser l'enrichissement naturel, par les plantes sauvages, le compost, le désherbage naturel ( paillage, eaux chaude de cuisson de pdt etc..)
-> ne pas tout tondre : réserver des bandes d'herbes fauchée deux fois : ce sont des réserves d'insectes.

  • Pour aller plus loin, vous pouvez participez au signalement grâce à une application disponible sur android : Naturalist ; ou sur des portails départementaux, tels que faune-iledefrabce.org, faune-Tarn-Aveyron.org Renseignez vous dans votre région.
  • Sinon, militez par le biais de La ligue de protection des oiseaux, devenez refuge LPO.
Voila déjà quelques pistes pour agir à notre niveau, dans un prochain article je parlerai plus en détails des oiseaux .

dimanche 10 juin 2018

L'ortie : ma meilleure amie !

Non, je ne réinvente pas la chanson, mais je commence une nouvelle série d'articles, sur ce qu'on appelle communément " les mauvaises herbes" et qui en fait se révèlent de bons alliés.

En abordant des aspects du quotidien, de la cuisine au jardin, en passant par la salle de bain!
C'est vrai qu'il il y  plein de livres et sites, mais j'avais envie de partager mes tests aussi dans cette rubrique, avec des recettes "insolites".

Je commence donc par L'ortie !

  • Un petit résumé (car on peut en dire long), sur ses atouts et propriétés, pour comprendre le pourquoi du comment.
Mission :: résister aux herbicides, dépolluer et harmoniser l’information ferrique du sol; réguler le fer dans la terre afin d’assurer à chaque plante sa part de croissance.
-> Plante riche en fer, aussi bonne pour le jardin que les humains .
-> Utile à la biodiversité, et la survie des papillons.
-> Nourrit les micro organisme et la" faune" sous terrains.

Santé : Riche en Silice, en tisane participe à la vitalité osseuse et articulaire
            Riche en fer, elle stimule le renouvellement des cellule sanguines, régule l'anémie .
            Remède anti fatigue

Beauté : stimulant la vascularisation du cuir chevelu, elle ’entraîne la repousse des cheveux.

Femme : régule les règles abondantes.
                Vertus galactogènes: aide à l'allaitement ( conseils médical recommandé)


Parties utilisées: tout est bon dans l'ortie.
Chaque partie à un rôle: feuilles pour problèmes digestifs, articulaires ou veineux.
                                        Graines pour actions laxatives, ou thyroïde
 En infusion: 2 à 3 tasses par jour en dehors des repas.

Super Aliment ( gratuit): très riche en fer et en silice mais également en calcium, magnésium (un super antioxydant !), zinc, sélénium, sans oublier un excellent cocktail vitaminique (A, B, C, E, K).

Maintenant que je vous ai présentée cette dame, voici donc
  •  les recette que j'ai testées ( car évidemment pas les mienne)
Je voulais sortir des sentiers battus alors, j'ai choisi des recettes moins connues.

En cuisine : bon évidemment j'ai testé la fameuse soupe aux orties délicieuse, mais que tout le monde connaît. Par contre j'ai croisé sur le magasine 4 saisons au jardin :
 le pain d'ortie:

Pas mauvais, on peut l'utiliser avec une salade, en sauce, pour sauver, ça rajoute un petit gout.
Le mien a plutôt une consistance cake, en entré ou apéro , il passe bien.


Prochain test : les cookies aux orties.( à suivre)

En cosmétique : j'ai opté pour la simplicité (les choses les plus simples ,sont les meilleures), j'ai donc testé la poudre d'orties en shampoing sec. Pas compliqué :laisser sécher quelques jours les feuilles d'orties, puis les broyer en poudre ou fines miettes .

Forme et bien être : j'ai opté pour la tisane d'ortie :
-> recettes aussi simple :1 cuil. à soupe de feuilles broyées, une grande tasse d’eau bouillante
Faites infuser pendant 10 min. Cette tisane peut être bue sans sucre. Toutefois, un peu de miel de sarrasin, reconstituant et tonifiant, traditionnellement conseillé en cas de fatigue, est parfait avec cette infusion.
Résultat: effets garantie, je l'ai adopté, c'est ma nouvelle vitamine C. J'ai toujours une petite bouteille d'infusion au frigo. À prendre en dehors des repas, mais pas vante de se coucher.
Je garde dans un bocal, des orties séchées, qui me serve aussi en shampoing sec.
Au jardin : Bon évidemment , il y a le purin d'ortie , mais déjà trop connu et quand même laborieux!
Alors après une petite recherche, j'ai trouvé la formule d'engrais naturel et  aussi protection: en formule couvrant sur les plantation. Elle apporte ainsi les nutriments, avec l'eau de pluie en s'insèrent dans le sol.


Voila c'était un petit aperçu de l'ortie et tout ce qu'elle peut apporter ( ou plutôt une partie de ses bienfait). On peut donc jardiner en symbiose avec la nature sauvage.

dimanche 3 juin 2018

Faire de la météo son allié

Alors oui, vous allez dire quand il fait beau c'est facile!
Oui, on profite dehors, mais attention, au température élevées.
Je ne vais pas faire un article sur la santé à ce sujet, mais juste évoquer une piste de " réflexion"!

Qu'il pleuvent qu'il neige, ou qu'il vente, pourquoi nr pas en prendre partie ? Même quand il fait trop chaud pour être dehors.

Ne serait-ce pas un signe de la nature, pour nous inciter à ralentir, se recentrer au lieu d'être toujours par monts et par vaux.

C'est ce que j'ai adopté comme philosophie depuis septembre après avoir écouter un épisode de change ma vie, qui incitait à ne pas se rendre victime des circonstances. Elles sont neutres et c'est à nous d'en faire ce qu'on en veut!

Évidemment dans certains cas, c'est difficile de trouvera du positif, mais, il y a toujours matière à voir un petit rayon de soleil derrière le nuage ( c'est une autre histoire).

Revenons, à la météo, je ne veux pas vous influencer avec mon mode de penser, mais je souhaitais le partager et ensuite à vous d voir ce que vous pouvez faire.

J'ai donc, pris le parti en quelques sorte, de penser que lorsque le temps est mauvais, c'est une  incitation à me recentrer sur l'intérieur de la maison ( car quand il fait beau, je suis beaucoup dehors), et me dire c'est l'occasion de faire ce que tu as mis de coté quand il pleut: entretien de l'intérieur, décoration, cuisine et autres taches " ménagères". Je ne suis pas fan du ménage, mais j'avoue que s'y voir un peu plus clair, m'apaise. Même si je fais un peu régulièrement  un petit ménage quotidien.

C'est aussi pour moi une occasion de me recentrer sur moi, prendre soin de moi ( après avoir prit soin du jardin):

Dans ces cas là, je reprend un peu de broderie, ou crochet mis de coté, un livre un peu long à lire ou un plutôt apaisant , je me documente, m'informe et m'inspire sur internet,  pour le jardin, les loisirs, les lectures.
En couple, on se retrouve autour de jeux de sociétés, on range aussi ensemble, on fait du tri...

Seule, je peux aussi décider d'une journée cocooning, entre lecture, méditation, yoga, soins maison, voire même sieste.

Tout ça pour dire, que vivre un peu au rythme de la météo, peut nous aider à nous retrouver en famille, et aussi nous retrouver nous même, pour faire le point, se ressourcer au calme.