dimanche 16 septembre 2018

R comme Recycler ou Réutiliser

Si vous essayez de réduire vos déchets et que vous avez lu des articles, voire même le livre de Béa Johnson , vous connaissez surement la règle des 5 R.
Même si son exemple est pas forcément réalisable partout et pour tous, cette règle est une base qui peut aider quand on se lance dans le Zéro Déchet.

Avant de vous rappeler cette régle, pus pouvez aussi vous souvenir de cette phrase:
Le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas.

Je vous la redis pour rappel :

Refuser : tout ce qui peut être un déchets potentiel , qui risque de finir à la poubelle.
Réduire : les achats à usage unique , dont trouver les alternatives durables
Réutiliser : ce que l'on a avant de racheter, leur donner une seconde vie
Recycler : bon évidemment trier, mais chez soi on peut commencer , ça s'appelle l'ucyclage, on cherche comment transformer les objets.
Et en anglais ils appellent cela Rot, chez nous c'est composter.

Forte de cette règle, j'essaye donc de l'appliquer, mais je ne suis pas au niveau de Béa Johnson, loin de la. Et il Ya certaine choses dont je n'ai pas d'alternatives. Où alors il faut traverser la ville, ou le faire venir de loin, ou bien la solution proposé me convient à moitié ou d'autres raisons.

J'ai donc pris le parti, de leur trouver une autre utilisation. Étant assez branché bricolage et recyclage, et grâce à pinterest , je trouve plein d'idées.

Voici donc mes solutions.


 
  • Les briques de lait: certes je pourrais faire mon lait végétal, mais ce n'est pas que 'aime pas ( c'est monsieur), mais ça ne dure pas longtemps, ça se conserve pas facilement. Alors j'en fait de temps en temps, sinon, je recycle les briques: elles me servent de barquettes à semis.

 Sinon j'envisage aussi d'essayer d'en faire des set de table ou autre.
  • Les rouleaux de papier toilette: pas encore prète à passer au papier lavable, ni à la douchette! Du coup il meservent aussi pour les semis; je peu les mettre directement en terre. sinoncomme papier au ompost pour absorber l'humidité, et l'hiver comme allume feu.
  • L'emballage couleur Vichy de la viande chez le boucher: je n'ai pas osé amener mes conteneurs, en verre , trop lourd et encombrant ( quand je vais à vélo au marché); alors j'en ai fait des set de table, collés sur du cartons et plastifiée. Je les gardes aussi pour faire des couvertures de carnets recyclés.
  • Les pot de yaourts: on fait nos yaourts, avec un yaourt acheté, nous avions testé le ferment mais sans succès. Alors on achète les yaourts, mais on prends les pot en verre, que je garde pour d'autre desserts ou crème, et sinon pour faire des munis serres pour l'hiver, à mettre par dessus les semis dans les rond en cartons de PQ. Au pire, je les déposerait à la boite à dons, ou troquerai.
  • Les chaussettes unique, dont je n'ai pas trouvé la paire: j'en fait des balles pour mon chat, roulées en boule, l'une d'âne l'autre puis fermée par une couture.
  • J'ai aussi, fabriqué une mangeoire à oiseaux avec une petite bouteille en plastique, relique d'un voyage ou j'avais oublié ma gourde.

Voila mes petites idées, sur le blog Recycle et Cie, vous trouverez plein d'autres idées.

dimanche 9 septembre 2018

jardiner c'est prendre soin

Depuis que nous avons quittés Paris, nous avons un jardin, je m'attèle au soin de celui ci au fil des saisons. Même si avant nous étions au jardin partagé.

Jardiner m'apporte une sérénité ,un moyen de me ressourcer, une connections avec la nature et une gratification de la récolte du fruits de mes soins.

N'ayant pas d'enfant, c'est une façon de prendre soin  de quelque chose dérivant qui évolue, grandit, donne des fruits.

Grace aux mooc santé des plantes et le groupe associé, j'ai pu apprendre à bien observer les plantes, identifier les maladies et ravageurs pour agir en amont: prévenir plutôt que guérir. Un peu comme la médecine Chinoise.

Chaque matin, dans ma routine, c'est mon petit rituel, faire le tour du jardin, observer, je prends en photo quand j'ai un doute; je fais les soins au quotidien au fil des saisons.

C'est aussi un peu prendre soin de moi; me reconnecter à la nature, un moment slow au rythme des saison, on a  tous besoin. La nature nous apprends la patience, nous recentre.

Il existe un journal gratuit, que je reçois tous les 15 jours: le bulletin de santé végétal, il m'informe des maladies identifiées dans la région ( car on choisi la région qui nous intéresse), les ravageurs identifiés, préconise des soins ( naturel), des actions préventives.

L'INRA a mis en place un portail pour le soin des plantes, j'appelle cela le Vidal des plantes, on y trouve toutes les informations très complètes pour diagnostiquer une maladie, identifier un ravageur, soigner, traiter, prévenir!

J'ai pu aussi trouver quelques livres en PDF, jardiner naturellement  comme: les potions à base de plantes, les insectes qui aident, jardiner avec la nature et non contre.

J'ai même finis par en acheter un trouvé à la base à la bibliothèque
https://www.decitre.fr/livres/puceron-mildiou-limaces-9782914717403.html
, et me suis offert un couteau à désherber.

Comme vous avez pu le voir a fil des articles, ils sont devenus plus verts. Jardiner est devenu un loisir, un plaisir, que je ne rate pas.
Voila, je tenais à partager ce plaisir avec vous, en vous faisant découvrir mes ressources et outils.

dimanche 2 septembre 2018

Réconciliation avec mon féminin

Voila bientôt trois ans que je suis Licorne ! Trois que j'ai réorienté ma vie!
Vous avez déjà pu suivre tout les changements effectués, et c'est pas fini!
Ce pèlerinage est un vrai chemin d'apprentissage et de redécouverte, on redécouvre le monde différemment.

Faire un pas de coté, pour se recentrer ça ne prends pas tant de temps que ça; il faut juste prendre le temps de ralentir ( si si c'est possible, même dans paris) et s'observer pour voir si on va dans Lebon sens, si on est en phase avec nous même. Je peux vous certifier qu'après, on se sent plus serein, comme avec un poids en moins. Ensuite on corrige la trajectoire petit à petit.
C'est comme en conduite : Observer ( pour anticiper), Alerter son  entourage qu'on change de direction, qu'on souhaite ralentir, et se Décider à agir pour passer à l'action.

 Il y a deux ans, j'ai adopté la coupe menstruelle, un grand changement dans mon confort intime!
Déjà , une liberté de mouvement, et vraiment un mieux être dans  mon confort intime pendant la période rouge.

Aujourd'hui (enfin cette année), je découvre comment réconcilier avec mon cycle . Comme beaucoup quand arrivées les R, je subis la plus part des SPM: nausée, parfois vomissement, fatigue, migraine.
Mais j'ai décidé, de ne plus me poser en " victime" qui observe sans rien faire, mais de me servir des observations, pour anticiper, et agir plutôt que subir. Prendre ce moment comme le moment de ralentir m'écouter, me recentrer sur les besoins de mon corps.

Après quelques recherches, j'ai retrouvé un article de Échos, Verts sur le sujet et préconisant des livres. J'ai donc décidé d'acheter l'un Dreux, et je ne regrette pas.

Il explique bien chaque période, chaque besoin en fonction des périodes. Il accompagne jusqu'au bout du cycle, pour mieux gérer ces périodes, en profiter, comprendre ce qu'elles nous permettent, à l'aide des plantes , d'exercices de respiration et de poses de yoga adaptées, mais aussi ce vers quoi vous pouvez vous tourner: mouvement, réfections, méditations, créativité, rencontres...

J'ai suivi les conseils pendant les deux mois d'été, et passé un été serein. Merci les plantes, il y en a toujours une utile au cours du cycle! J'ai même décidé de me retourner vers ce remèdes pour haque petits bobos.

Pour aller plus loin, j'ai fouillé un peu plus sur le net, et suis tombée sur le site Les héroïnes au quotidien, qui accompagne chaque moment de la vie d'une femme, grace à la méditation et aux exercices de yoga correspondant. Il y a un groupe dédié, où l'on peut échanger, se soutenir, trouver des solutions.

Je continue le yoga ( que j'avais lâché un moment faute de motivation), mais en écoutant mon corps, et lui proposant des exercices correspondant aux besoins: détente, énergie...  pour une partie du corps en particulier. Grace à la chaine Yoga coaching, je trouve toujours mon bonheur. Elle propose  différents style de yoga, des séances pour chaque moment. C'est vraiment ce qu'il me faut, plutôt que de suivre une partique machinalement.  J'ai aussi une prof, en réel, qui donne des cours en petits groupe, d'une pratique, plus calme et basée sur "l'intérieur"
Je reprend aussi parfois, le yoga Kundalini, découvert l'été dernier. Après quelques recherches, j'ai trouvé un livre qui reprend bien les exercices: yoga for real life, vous pouvez aussi les refaire sur la chaine YouTube .

Le tout est d'écouter son corps , c'est pourquoi, je m'offre une séances de méditation, en général, après manger, après avoir fait une micro sieste.  En général un scan corporel, pour ressentir et écouter mon corps. Ce moment est mon moment, je commence par lire un peu, puis m'allonge et me repose  20 minute, une demi heure, puis je médite, et soit, je bouge, soit m'accorde un moment yoga avec juste une pose, une musique un son ( grace à mondiffuseueur d'huile essentielles, en choisissant une adapté au besoin du moment), suivi d'un moment de relation.



















samedi 1 septembre 2018

Petite escapade en bord de mer

Après un été sur place, entre jardinage, découverte du coin avec des amis, et soirées musicales (qui continuent ce soir avec le festival de l'Erdre); nous avons enfin pris le chemin du bord de mer.
Nous sommes en Loire atlantique depuis, février, mais entre l'aménagement, le jardin la reprise de boulot de monsieur pas trop le temps.

Dimanche 26 aout, nous sommes partis le matin direction Pornic, un arrêt au bord d'une plage, et nous avons suivi un petit chemin le long de la mer.
Une ballade, où le temps d'arrête, où l'on se sent pleinement présent, en admirant un simple et beau paysage: plage presque vide, quelques bateaux amarrés, les mouettes qui volent au dessus de nous et devant un petit chemin entre les pins.

Au loin on aperçoit, une cabane de pécheur, perchée sur pilotis.


L'ouïe aussi se régale: le va et vient des vagues, le vent dans les pins, les mouettes etletintement des mas des bateaux.

L'odorat, profite de cet air iodé et les poumons s'emplissent de cet air sain, pour le garder en mémoire. L'odeur des pins apporte un petit plus.

Un arrêt sur image que l'on garde en tête, comme un havre de paix, pour les moments houleux.
Nous avons poursuivis notre visite au centre vllle,en montant à travers Lavelle ville, après avoir traversés la braderie, nous arrivons aux halles, et circulons entre les étales de fruits, légumes, poissons, spécialités régionales. Puis en redescendant, nous avons fait une halte dans une petite crêperie, à l'ombre sur une petite Terrace en retrait de l'agitation. Nous avons savouré nos créées au sons de musiques celtiques jouées à l'occasion de la clôture du festival.

L'après midi, s'est poursuivi à La Bernerie, petite ville plus tranquille, et moins fréquentée. Un tour en bord de mer, une petite sieste, puis un chocolat frappé pour moi et un café frappé pour monsieur, à l'embellie: petite librairie salon de thé de la bergerie. On flâne à travers les rayons de livres, on découvre des petites. On craque et on s'offre une chacun ( je vous parlerai du livre trouvé, dans un article dédié). Le plaisir des petites librairies....

Une belle journée à refaire en toute saison, en variant les activités .

dimanche 26 août 2018

Un site, une appli, un podcast

Comme vous avez pu le voir, depuis que nous avons déménagé, quand je jardine pas je lis, quand je décide de passer en mode slow.
Je suis d'allers en train de réfléchir à faire une petite chronique sur mes pépites lecture ( à suivre).
En attendant, pour terminer les vacances en beauté, et rester dans une ambiance détente, je vous propose de plonger un plus dans l'univers de la lecture à travers trois "entrées" différentes.

  1. La première c'est un site: Booknode! Quand je me suis replonge dans la lecture, et que j'y ai pris gout, je me suis dit qu'il me fallait de l'inspiration, pour trouver des idées de lecture. On m'avait orientée vers Goodyear, mais j'ai vite abandonné, car même si je comprends l'Anglais, la plus part des références sont en anglais et pas évident de trouver un titre français. En fouillant plus, j'ai découvert que ça appartenait à Amazon, donc Vade Rétro Satanas! Puis j'ai trouvé Booknode, un site de  qualité, qui propose aussi de crérer sa bibliothèque avec ses listes: or, argent, bronze, pas aimé, poubelle, lu, en cours, envies. Le site fait le croisement avec d'autres bibliothèques de lecteurs, et vous suggère les lectures des autres.
        Je vous propose d'ailleurs de faire un tour dans ma bibliothèque.
          Pour chaque titre, il y a un résumé, les commentaires des lecteurs, leur classification, les autres livres du même auteur, et d'autres sur le même thème.
        
         Vous pouvez cherchez par thèmes, consulter le calendrier des sorties, échanger avec d'autres sur le forum.
       
        Un site vraiment de qualité, pour en savoir plus, je vous propose de lire, qui sommes nous.

2. Le petit plus de ce site, c'est l'application! Oui les autres aussi en ont une; mais quand on essaye de réduire son temps sur l'écran, qu'on veut être un peu minimaliste, autant faire simple, avec un outils où l'on a tout rapidement. Avec l'application booknode, vous emportez vos listes partout, et en un clin d 'œil vous pouvez  les consulter.

3. Le podcast, depuis que j'ai découvert ce media, je m'en passe pas, je l'écoute en cuisinant, faisant le ménage, ou simplement en prenant mon prit dej, ou avec une tasse de thé, après le repas le temps d'une pause.
J'ai découvert, suite à un article de Mango ans Salt, un podcast pas trop long. Simple, mais précis avec les mots justes qui vous donnent envie de lire le livre dont il est question, même si c'est un classique. Ce podcast, c'est Pile. Comme le dit l'animatrice, dans son et sofe d'i tro, c'est pile le bon livre au bon moment. Un adéquat pour chaque moment de la vie. Il est nouveau, il n'y a que qques épisodes, mais c'est plaisir. U e madeleine qu'on savoure avec une bonne boisson.
Voilà, je vous laisse maintenant, découvrir et explorer ces sources.

dimanche 29 juillet 2018

les petites bêtes aussi!


Je vous parlais dans un article précédent, des bénéfices de certaines plantes sauvages au jardin.
Aujourd'hui je vais vous parler de l'intérêt de maintenir un sol vivant, et de faire attention aux petites bêtes.

Comme on l'entend de plus en plus, il est primordial de veiller à la biodiversité des espaces dans la nature. A petite échelle dans votre jardin vous pouvez faire votre part ( tout en ne faisant pas grand chose).

Oui, car plus on travaille le sol, plus on détruits d'écosystème et la vie qui s'y trouve: si vous retourner trop la terre, vous allez enfouir les insectes qui vivent en surfacent et qui vont être étouffés, mais en plus vous allez mettre à la surface ceux qui vivent en profondeur et ne peuvent pas survivre à l'air. En gros tout ce qui permettra la vie de votre sol,  de vos végétaux, et donc provoquera une dégradation naturelle des pantes.

En plus, vous vous serez fatiguer pour rien, puisque tout ces organismes vivant travaillent pour vous.
Et voici comment :

  • Les Éboueurs du sol-> les hannetons : ils décomposent les brindilles, les racines, les bois morts, ils participent à la dégradation des feuilles mortes et autres matières organiques.
  • Les ingénieurs -> les lombrics :plus besoins de retourner la terre sens dessus dessous, les lombrics en creusant leur galeries l'auront déjà ( sans compter sur les racines profondes de certaines plantes), les termites jouent aussi ce rôle très bien.
  • Les "hygiénistes" > les limaces: pour tout jardinier "traditionnels" c'est un fléau. Hors si l'on se penche de plus prés sur leur régime alimentaire, on s'aperçoit qu'elle sont détritivore; elles ne manche que les feuilles flétries des laitues, les légumes abimés laissant de coté les sains. Elles régulent ainsi les maladies, en figurant et détruisant les spores des champignons pathogènes.et favorisent la germination des bons champignons.
  • Fourmis et pucerons : contrairement aux idées reçues , les fourmis et le pucerons sont indépendants l'un n'attire pas d'autres. Certains arbres attirent spécifiquement les fourmis, et leur fournissent du nectar par leur feuilles. Une fois relues, elles vont chassés d'autres proies telles que les chenilles ,larves  etc qui s'attaquent aux fruits. Bref, elles sont prètes pour chasser ceux qui s'attaquent aux fruits.

Ceci n'estb qu'un petit exemplaire des services que nous rendent les insectes, pour plus d'informations je vous recommande cet article.

Le site de la graine Indochine vous explique très bien qu'il n'y pas clairement une séparation entre nuisibles et auxiliaire, que tous font parties d'une chaine.

Pour savoir comment mieux accueillir les insectes au jardin ( bien sur l'autel à insectes: bientôt), mais aussi tout simplement , le site jardiner autrement vous explique en détails le principe. Vous y trouverez aussi des fiches sur les insectes.

C'est pourquoi, avant tout travail du sol: engrais, bécher, biner , pulvérisation; demandez vous si vous n'allez pas perturber la vie qui s'y trouve.
Même la bouillie bordelaise est à utilisée avec précaution. Mieux vaut les préparations à base de plantes.

Dans un des prochains articles, dés que je l'aurais construit, je vous parlerai de l'hôtel à insectes.














dimanche 22 juillet 2018

les Mauvaises Herbes sont nos amis!

Quand je me suis lancée dans le jardinage au naturel ( je dis pas permaculture, car je pense pas être au encore au point sur la technique); je voulais le faire pour produire bio et naturel.
Mais une fois dedans, je me rends compte que le concept va plus loin et que la base c'est d'harmonie avec la nature environnante dans un respect de la biodiversité.

Quand on en parle à mes beaux parents qui sont dans le jardinage traditionnel ( loin de moi l'idée de critiquer), ils nous répondent qu'on a un jardin champêtre.

Ce terme, me parait, un peu "léger", ça prouve que ceux qui vous répondent cela, n'ont pas toutes les cartes en main, pour comprendre l'intérêt.

Petit à petit, je me rends compte que chaque élément apporte un intérêt, chacun a sa place dans un écosystème bien rodé. La main de l'homme voulant, tout gérer à sa manière, n'est pas forcément bénéfique.

Plutôt que de lutter contre, faisons avec; on y gagne en temps en énergie, en qualité.

Aujourd'hui je vais donc vous parler de quelques plantes dites " sauvages", que j'ai apprivoisé    appris à connaître et j'en fait métallisés.

Quand j'ai commencé à me pencher sur la question ,c'est à la suite d'un article sur les plantes bioindicatrices( j'en parle ici). Ces plantes vous apportent tout un tas d'information sur votre sol: qualité, quels éléments il possède déjà, et même sa texture, son Ph.

Tout une série d'information à prendre en compte, et qui par la suite ,vous fait gagner un temps fou!
Par exemple, si vous avez des tonnes de trèfles ( comme moi), c'est que votre terrain est riche en azote, donc pas besoin d'en apporter, et tout engrais du commerce ne ferai qu'en rajouter.
Alors cherchons à le rééquilibrer, avec du composte par exemple, des matières sèches ( l'automne, comme les feuilles mortes).

D'autre vous indiqueront que le sol est argileux, à partir de la, on peut se renseigner sur comment entretenir un sol argileux.
C'est la cas du liseron, qui en plus de vous indiquer le type de sol, de part ces racines profondément ancrées dans le sol, travaille la terre, et apporte en profondeur les nutriments.

En se penchant plus sur le sujet, on apprend à connaître , le biotope de son potager et tous les légumes et plantes qui s'y trouvent.
On découvre non seulement pourquoi certaines plantes cohabitent ensemble et d'autres pas, mais aussi les plantes sauvages qui s'accordent avec les plantes cultivées, en leur apportant " services".
Ainsi, on se pose la question de savoir s'il est vraiment nécessaire de les enlever, et du coup on gagne du temps.


Comme beaucoup, j'ai eu un début de printemps, plus vieux, même un début d'été. Qui dit pluie, dit arrivée des Gastéropodes , limaces et Compagnie . Il a fallut protéger les plants, sans tuer ces visiteurs qui sont intéressant et utiles dans l'écosystème ( je prépare un article sur les petites bêtes).

Après quelques recherches sur le net, dans des livres ( là aussi un article ), échange sur Facebook ( c'est utile aussi, on sent moins seuls), j'ai trouvé quelques astuces.

Bon vous connaissez tous ( peut être) l'utilisation du Marc de café au jardin :engrais et répulsif limaces. Il y a aussi la cendre ( mais au printemps) on en a moins.
Alors, j'ai fait avec d'autres choses que j'avais sous la main :

Le Gaillet Grateron: une plante qui s'accroche aux autres, qui colle au main, assez rugueuse. Placée au tout des plants et semis, elle fait une vraie barrière naturelle. Les limaces pliantes, ne peuvent pas circuler dessus.
Il a d'autres vertus aussi, je vous en parlerai surement dans un autre article.

Ensuite, j'ai découvert, l'utilisation des fougères aigle au jardin. Certes, il y a le purin ( mais il faut le temps de le préparer, et le laisser macérer), alors qu'utilisées en paillage, elles ont le "double effet kisscool": elles font aussi barrage fraiches, en se décomposant, elles devienne toxique pour les limaces et en même temps, sont stimulante pour la croissante des légumes.


Vient ensuite, le cas des plantes courantes, celles qui comme leur nom indique recouvre le sol.
Alors oui, on en trouve dans le commerce ;certes elles sont jolies. Mais finalement, vous en aurez des spontanées qui arriveront selon la saison: Véronique , Mouron , lierre, trèfle.
Elles ont une première utilité, outre de faire joli, c'est de protéger le sol de l'érosion, due au intempéries, vous pouvez marchez dessus ( pas en faisant exprès) sans regret.
Certaines avec leur racines profondes vont aussi travailler le sol, lui apporter les nutriments.



Il y a tout un tas d'autres herbes, ou plantes sauvages utiles au jardin pour diverses raisons, pour en savoir plus je vous recommande cet article, qui vous vante les mérites vous pourrez découvrir entre autre les vertus du chiendent , sisi ilen a!

Dans celui la, plus d'infos sur les raisons d'accueillir les herbes folles au jardin:des plantes bio-indicatrices,l'accueil des auxiliaires, protéger et nourrir la terre du jardin,protéger et nourrir les cultures, réduire l'espace à entretenir etc...

Enfin, je partage avec vous d'infos: en octobre télébotanica lancé un mooc sur les "mauvaises herbes"! Depuis que j'ai pris le temps de m'intéresser aux MOOC, je trouve cet outil fantastique!