dimanche 5 mai 2019

Ce que m'a apporté le défis rien de neuf.

Je ne vais pas me l'ancre dans l'énumération de mes achats et non achat, je n'ai pas tout listé et je veux pas faire la morale dans cet article; juste apporter un témoignage positif sur mon expérience.

C'est un article sur Vinted, et tous l'engouement qu'il sucite entre pour et contre ( chacun voit midi à sa porte), qui m'amène à écrire cet article.

Il y a à peu prêt un an, on emménager dans notre maison. On est arrivé avec la plus part de nos affaires et meubles; mais il fallait racheter certaines choses.
Mise à part certains meubles( faute de moyen de transport), que nous avons acheter neuf, mais avec une démarche éthique; le reste est pratiquement que de l'occasion.

Déjà, très impliqué dans l'associatif à Paris, c'est naturellement qu'ici je me suis tournée vers les associations.
C'est ainsi que dans la philosophie du défis rien de neuf, nous avons rejoint le troc au sel, créer des liens,  rapprocher de certains voisins. Quand j'ai besoin de quelque chose, je pose la question en premier par mail, via les annonces du troc. J'ai souvent quelques réponses, sinon des pistes. Les réponses n'"arrivent pas tout de suite, mais elles arrivent.
De fil en aiguille, avec ma voisine, on se prête des livres, on fait du covoiturage... Avec une autre je jardine ,prends des conseils sur les chats.
Lors des bourse d'échanges, Il y a vraiment un bon contact, on arrive avec de affaires à troquer, on repart avec d'autres ( j'ai toujours trouver mon bonheur, même un livre que je cherchais depuis longtemps d'occasion). Un vrai réseau d'entre aide se créé, même pour des services et petits travaux.

J'ai aussi rejoint la ressourcerie, qui jusque là avait des ventes éphémères, des actions de sensibilisation sur la consommation. Ce qui me fait prendre encore plus de recul sur la mienne.
Et faire souvent le point grâce à la méthode BISOU, de mes besoins, envies et ce dont j'ai vraiment besoin. Souvent la conclusion est: j'ai ce qu'il faut.

Un article, lu récemment, m'a interpellé car en fait je m'y retrouve assez, je vous le partage ici.

Je vous parlais dans cet article, de mon nouveau dada: la couture upcycling. En fait, je ne fais pas que l'upcycling, ( j'ai quelques projets), j'apprends aussi à retoucher, réparer, reprise, ou créer; c'est bien plus qu'une  lubbie, c'est un acte citoyen pour moi. Consommer moins passe aussi par conserver ses vêtements, dans l'entretien déjà, des vêtements mais aussi de sa machine; dans la réparation et aussi la transformation.
Avec quelques amies, on se retrouve , toute une après midi, on échange on bavarde, j'apprends beaucoup. Plus j'échange, plus des projets naissent. Des projets fait main, pour la fierté de les avoir fait et le plaisir d'apprendre.

Ce défis, m'a permis de faire des rencontres, d'apprendre plein de choses; mais aussi de maitriser la patience. De nos jours, on veut tout, tout  de suite.
Je vous le disais , en parlant du troc au sel; les réponses ne viennent pas du jour au lendemain, et parfois permettent de belles rencontres. Alors dans ces moments là, je ne regrette pas de ne pas avoir céder à la facilité du numérique.
Par contre, je suis de prés , la calendrier des activité de la ville, pour repérer le prochain vide grenier, la braderie annuelle, une bourse aux vêtements ou aux livres. Il y a toujours de l'animation.
Alors évidemment pas tous les jours, ni forcément tous les mois; dans ce cas, je me dis que je peu attendre la date en question avant de craquer, et j'aviserai après si j'ai pas trouvé mon bonheur.
La bourse aux vêtements est organisée par des bénévoles d'une association , pour les familles en difficultés ( mais ouvertes à tous), l'argent est ensuite redistribué aux personnes qui ont apporté des vêtements, selon les ventes et les invendus redistribués.

Il y a aussi un vestiaire solidaire, c'est une amie du groupe de couture qui me l'a fait connaître. Quand j'ai besoin, j'y fais un saut, mais j'essaye de ne pas venir les mains vides. Au fil des mois, je trie ce que je ne mets plus ( pb taille, gouts etc..) et quand je vais au vestiaire, j'apporte mes affaires.
Je me dis que " la boucle est bouclée", je prends des vêtements chez eux à bas prix, je leur en donne en échange.

Une touche solidaire dans ma démarche, me fais plus plaisirs, qu'autre chose.


C'est donc un peu en dernier lieu, que vient le numérique, tel Lebon coin, ou vinted, et même GEEV.
Je recherche en premier autour de moi, puis ensuite j'élargis le périmètre.
Ça me permet, de limiter les déplacements, les frais de port, les emballages.
Si vraiment je ne trouve pas, et que c'est un vrai besoin, je regarde plus loin.


Bien plus que des économies, des affaires, ce défis m'a appris, où a consolidé de vraies valeurs, a créer des liens , m'a apporté de précieuses ressources qui m'enrichissent chaque jour, bien plus que l'argent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre cailloux

Mon engagement associatif

 Si vous suivez depuis le début ce blog, vous avez pu constater que j'essaye de m'impliquer pas mal au niveau associatif. Déja quand...