mercredi 15 juillet 2015

La part des choses...

Je me lance dans cet article car, après de longues conversations sur Facebook et des échanges parfois houleux sur le sujet : Bio pas bio, local, pas local et comment faire....; j'ai fait la part des choses et pris les options qui me correspondaient le mieux.

Dans cet article, je ne vais pas dire quia. raison, qui a tord; justement à chacun sa vision; mais je pense qu'il faut laisser une certaine marge de liberté à chacun et ne pas juger sans connaître.


Donc quand je dis, j'ai fait la part des choses; voila où j'en suis arrivée:
- Faire ce qui me semble juste et se rapproche de mes valeurs
- Faire dans la mesure de mes moyens : financiers, géographiques, "moteur" ( je veux dire transport)
- Faire au plus simple ( toujours le même refrain), car plus c'est complexe, moins on est régulier ( je me connais!)

  • Alors quand je parle de valeur, je pense à ce qui peut aider mon Pays, donc je privilégie toujours le local; que ça soit nourriture, vêtements, Livres ( je boycott amazone et privilégie les librairies indépendantes); bref même si c'est pas à coté faut que ça soit quand même français.

Afin, de mieux comprendre tout ce qui tourne autour de ce débat, et avant d'aller plus loin, je vous conseille l'article de Natasha: Pourquoi Manger, bio local et de saison, qui résume bien le tout.

  • Pour le deuxième point j'ai opté pour la proximité, et parfois ( rarement internet)

Partant de là, voici les pistes vers lesquelles je me suis tournée :

  • Pour l'alimentation : je commande à la" Ruche qui dit oui " ( malgré tout ce qu'on peut dire dessus): car c'est un système souple, avec un grand choix de produits qui sont locaux.
Au niveau dépense, vu que les ventes sont seulement deux fois par semaines, et que je commande selon nos besoins, ça n'est jamais excessif. Peut être qu'il y a une part qui va aux gérants et d'autres aux producteurs, mais tant que je n'ai pas d'équivalent en matière de choix, flexibilité et proximité, je reste là dessus.
 L'amap, en tout cas celle du quartier, ne m'a pas séduite au niveau choix, et même relationnel, et payer à l'avance les paniers sans être sur de pouvoir le récupérer ne nous enchantait pas trop.
Pourtant je l'ai pratiqué quelques fois, en allant chercher le panier d'une amie, qui me le proposait, mais sans plus.
-> Le reste du temps, je vais chez mon maraichers, dans le marché couvert: il est sympathique, accepte mes sachets en tissus, a toujours de bon produits, et m'offre souvent : de latente, du basilic, du persil... Que demande le peuple!
- > ensuite pour le vrac, je vais à la biocoop, une fois par mois, en attendant qu'un Day By Day, m'ouvre dans mon quartier.
  • Pour le reste, j'ai trouvé deux alternative à la biocoop, dont les valeurs me correspondent bien:
Les Nouveaux Robinsons:  Ils ont en plus agrandit leur rayon vrac, et les produits d'entretiens sont moins chers. Ils sont très sympa, je peux peser mes légumes sur la balance et mettre l'étiquette sur m

es sachets. Pour le vrac, je pourrai même amener mes bocaux.
La plus part de leur produits, viennent de producteurs locaux, sinon de France.
Et leur formules panier du Robinson, permet d'avoir des produits à prix très raisonnables.

Il y a aussi Biomonde: ils sont vaste choix de produits en tout genre, en plus leur huiles essentielles sont raisonnables et accessibles. La vendeuse aussi très sympa et conseille très bien. Le reste des pris se tient aussi.

Voila, je crois que j'ai fait le tour, pour moi comme je l'ai toujours dit:
Pourquoi faire compliqué, quand on peut faire simple; tout est plus facile et on fait les choses de façon plus motivé.

C'était ma part des choses...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre cailloux