jeudi 9 avril 2020

Ne pas se surconsommer !

Kezako?
Une expression sortie du dernier livre de Marie et Herveline " L'abus de consommation rend heureux" ( j'en ferai sûrement un article).
C'est d'ailleurs l'un des rares achats que j'ai fait en cette période ( en pdf).

Revenons à nos moutons: Concrètement ça veut dire quoi?
On est pas wonderwoman, pas la peine de fixer des objectifs inateignables et faire des to do liste qu'on peut pas remplir.

Encore plus en cette période:  quand le confinnment a été annoncé, comme tout le monde j'ai cherché comment l'occuper, en explorant mes placards. Evidemment j'ai trouvé des livres pas encore lus, des vêtement à recycler, bref pleins d'idées de choses à faire. c'etait les premiers jours, puis une petite voix ma dit " prends ton temps, ne te surcharge pas et de toutes façon c'est pas dit que tu fasses tout ça"!

Alors h'ai décidé de profiter ce cette période pour vraiment vivre au présent,ne pas chercher un truc à faire après l'autre.  Prendre vraiment le temps de faire les choses.


En temps normal, je peux " dévorer" un livre et enchaîner sur un autre. Mais la je prends le temps de lire. J’étale la lecture : d'une part parce que je ne voulais pas accumuler les livres en attente (pas licorne) et d'autre part pour faire durer le plaisir d'un bon livre.Comme on retrouve un ami avec plaisir.

Pour les travaux d’aiguilles c'est pareil, et pour ne pas avoir à commande par respect des facteurs et livreurs, j’étale mon ouvrage. J'en profite aussi pour me perfectionner sur une technique:
  •  je me suis penchée sur la couture à la main et réapprends les bases.  Je n'ai pas abandonnée ma machine, elle sert pour des choses plus techniques sur lesquelles je me perfectionne aussi.
  • En tricot je teste différentes techniques : montage, tricot en rond ( c'est le bon moment j'ai le temps), coutures, finitions etc..  , j'apprends à corriger mes erreurs.
  • j'ai repris le point de croix tranquillement.
  • En cuisine, c'est le plaisirs du fait main 100% , sans machine, .La slow cuisine, je teste des recettes antigaspi. Je refais mon pain maison, même si dans mon livre c'est marqué sans pétrissage, j'aime bien ce contact avec la pate, et je refais mes crémes au chocolat.
  • Parfois même je ne fais rien, ou plutot si , je me plonge dans une méditation contemplative depuis la terrace je contemple la nature. Je me pose avec les poules, et leur donne des petites herbes à la main.
  • Ce contact avec la nature est devenue source de bien être, un retour aux sources, il m’apaise. 
  • Parfois ne pas avoir les mains occupées c'est tout aussi reposant.
Bref, en écoutant mes envies et non envies, parfois la journée s'écoule tranquillement  sans être remplie, ce n'est qu'en fin de journée où l'envie revient.
La course à la productivité, très peu pour moi, car le plaisir disparaîtrait laissant la place à une saturation ou une sorte de burn out créatif ( ce dont je n'ai pas envie), alors ça va ça vient au fil du temps.
 



4 commentaires:

  1. je prends aussi le temps de faire ce que j'ai envie de faire et quand j'ai envie de le faire, pendant ce confinement et ça fait du bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est la leçon à tirer de ces deux mois. Redecouvrir les petits plaisirs et profiter du moment

      Supprimer

Ajouter votre cailloux

Mon engagement associatif

 Si vous suivez depuis le début ce blog, vous avez pu constater que j'essaye de m'impliquer pas mal au niveau associatif. Déja quand...