dimanche 20 octobre 2019

Cultiver son jardin...

C'est ce que nous disais Voltaire.
Selon moi il y a deux façons de comprendre cette phrase : soit rester chez soi, et bouger à son niveau,  soit suivre son chemin , revenir aux bases.
Pourquoi cette réflexion m'est elle venue?
En faisant le point à la fin de l'été, je me suis aperçue que par rapport à d'autres je n'avais pas voyagé bien loin; juste découvert un peu plus ma région.
Mais je le regrette pas, car en fait , j'ai pris le parti de suivre mon chemin " vert" en ce qui me concerne. C'est aussi le chemin de la licornie " moins mais mieux".

J'en ai profité pour me plonger dans quelques lectures inspirantes, comme par exemple " être soi avec Heidegger" , qui semble de premier abord complexe, mais accessible quand se penche plus dessus.
Cette lecture m'a plongé alors dans une réflexion sur l'ennuie, ou plutôt en ce qui me concerne " la non activité". Depuis que nous avons déménagé, j'ai orienté ma vie vers un mode slow life.
Attention, je ne fais pas plus rien, mais j'en fais moins et de façon plus approfondie;
Heidegger , nous dit que l'ennuie est utile pour se retrouver, se confronter à soi même; que lorsque que l'on multiplie les activités, on fuit, on se fuit. Il est dit aussi, dans les articles sur l'éducation que l'ennuie et source de créativité et développe l'imagination des enfants ( des adultes aussi).
De mon coté, quand , je ne fais rien, c'est le moment de me recentrer, faire le point grâce à  la méditation notamment.  je fais le point sur la partie de journée écoulée, la semaine passée, réfléchis à mes attitudes. Ou tout simplement, je mets à l'écoute de mon corps.
C'est aussi des moments, de contemplation, observation: de la nature, de mon jardin, du chat, des poules, pour mieux comprendre la vie.

Bref, ce n'est pas l'ennuie, mais une façon de saisir l'instant.
Il y a trois ans (à peu prés), je m'intéressais au développement personnel; dans beaucoup de livres et blogs, il était dit qu'il fallait s'épanouir, être curieux développer sa créativité, faire plein de choses.
A quoi bon, la curiosité pour accumuler des choses et les déballer ensuite n'apportent pas grand choses. Mieux vaux cultiver à fond ses compétences, les développer dans le champ des possibles, aller au fond des choses, développer sa créativité sur un sujet, plutôt que de papillonner ( cf Heidegger)  . Bref cultiver son jardin pour le rendre plus fertile et plus riche, l'entretenir. laisser par moment des terres en jachère, pour leur laisser le temps de souffler ( au sens propre , comme au figuré).
Je ne dis pas de ne pas voyager, non plus. Voyager pour mieux connaître un pays, sa culture, son mode de vie est plus enrichissant que de survoler les lieux touristiques bondés. Mon neveu est parti un an en Amérique latine avec sa compagne, ils ont fait du woofing, partagé les activités des populations locales, découverts des sentiers non battus, et sont revenus avec l'envie de ne pas revenir dans la routine quotidienne, l'envie d'aller plus loin de s'engager pour faire avancer le monde. Voila un voyage enrichissant, qui change les gens.
Parmis mes lectures estivales, il ya aussi Wild de Cheryl Strayed: jeune américaine au carrefour de sa vie, comme livrée à elle même après la mort sa  mère et une séparation; qui décide de parcourir le long chemin de randonnée à travers le grand canyon , du texas au Mexique. Un Voyage de plusieurs mois qui la transforme, la confronte à ses peurs, ses doutes, ses certitudes mais la rend plus forte.
Quelque soit le chemin que l'on décide de suivre, il faut s'y tenir, aller au bout, ne pas se perdre en chemin, savoir pourquoi on le fait, quel sens il a pour nous, pour rester en adequation avec nos valeurs. Cultiver son jardin, ses revenir à ses valeurs, les cultiver, les partager, tout en s'ouvrant au monde et laissant entrer d'autres valeurs qui peuvent l'enrichir.
Cultiver son jardin n'est donc pas se renfermer, mais s'ouvrir, tout en suivant son chemin.

1 commentaire:

  1. Etre soi-même, ne pas suivre "les modes", faire son miel de tout ce qui nous entoure. Vous avez raison inutile de s'agiter en tous sens, bien souvent cela cache un mal être. Vivre à son rythme, chacun à le sien, ne rien imposer à autrui, c'est aussi du respect ! Votre billet est juste, continuez votre chemin, bon courage et bonne route.

    RépondreSupprimer

Ajouter votre cailloux

Mon engagement associatif

 Si vous suivez depuis le début ce blog, vous avez pu constater que j'essaye de m'impliquer pas mal au niveau associatif. Déja quand...