dimanche 5 juin 2016

Adopte un projet !

Ensemble on va plus loin, telle est la philosophie que j'essaye de suivre jour après jour.
Mais aujourd'hui je ne parlerai pas de moi, mais d'un projet/ groupe découvert il Ya environ  un an,
Je vous en ai parlé dans d'autres articles...

Adopte un objet.


Le concept : tu te promène dans la rue, ou ren,tre du boulot et tu croises une pile d'objets entassés dans la rue, destinés aux encombrants (=dèchèterie-> déchets). Tu les prends en photos, et postes un message sur le groupe Facebook ( pour moi c'est paris, mais sur le site tu peux localiser le groupe le plus prés de chez toi) en signalant l'adresse exacte. Ainsi, les autres membres qui verront le message, pourront s'ils sont intéressés, aller le chercher ( = zéro déchets -> plaisir gratuit).
Le concept a évolué et depuis avant même de jeter les membres proposent leur affaire.
 De mon coté, depuis j'ai fait pas mal dons, sans regret de donner mess affaires : des livres, une étagère, du petit électroménager, des vêtements etc...et je continue quand il me prend une envie de désencombrer. Je culpabilise moins de me séparer des affaires car je sais que je vais faire des heureux, ce n'est pas du gaspillage, juste du partage ...

Depuis le concept s'est répandu partout  à travers la France , et c'est pas fini: si ça n'existe pas dans votre ville, vous pouvez contacter les fondateur et ils s'occupent de tout.

  • A présent, c'est devenu un vrai projet, une application est encours de conception!
Alors si ce p^rojet vous séduit, n'hésitez pas mettre votre pierre à l'édifice.: ici
Le petit caillou, sur ce long chemin vers de beaux projets.

Afin d'aller plus loin, j'ai contacter l'un des fondateurs, qui a bien voulu me répondre; je vous laisse découvrir plus le projet, l'histoire.

 

1) Bonjour Hakim, pouvez-vous nous brosser un petit tableau des membres de l'équipe Adopte un Objet: profil, parcours, occupation, intérêt, engagement?

Nous sommes 3 co-fondateur, tous trentenaires.

Clément et moi-même nous sommes rencontrés à l'ESC marseille il ya 10 ans

Clément a travaillé plusieurs années en contrôle de gestion et a ensuite monter sa boite: oureparer.com

François a une formation de graphiste et est l'autre co-fondateurs de oureparer.com

J'ai travaillé 7 ans dans la publicité digitale en France et à l'international, j'ai bossé dans 2 start-up et me suis lancé à plein temps dans ce projet fin 2015. Nous avons des profils et des projets très complémentaires, Clément et François luttent contre l'obsoléscence programmée et moi l'obsolscence psychologique


 

2) Comment et quand est née l'idée du groupe?


 «Tout a commencé il y a un an dans les rues parisiennes. Lassés de voir tant d’objets incroyables quotidiennement abandonnés sur les trottoirs de la capitale, François, Clément et Hakim ont décidé de créer un groupe Facebook, pour permettre à leurs amis de visualiser les objets abandonnés dans la rue susceptibles d'être récupérés et l’ont appelé AdopteUnObjet.
Le principe est simple: quand un membre passe devant un objet abandonné, il poste une photo de l’objet sur le groupe et donne l’adresse, en espérant que quelqu’un le récupère avant que les éboueurs ne passent... Ça a fait boule de neige ! Après plusieurs trouvailles incroyables et trouvant l’idée chouette, les amis ont invité d'autres amis, et le groupe a commencé à grossir. Puis, assez naturellement, certains membres se sont mis à donner des objets de chez eux , ces annonces représentent aujourd’hui 75% des annonces postées. La communauté s’est appropriée cet usage et c’est comme cela que la première communauté de dons d’objets sur les réseaux sociaux est née. Et puis un jour, Thibault un sympathique lyonnais, nous a demandé de créer un groupe pour sa ville. AdopteUnObjet Lyon est alors né, produisant le même engouement que son grand frère parisien :) Puis, grâce à Sandrine de Marseille, Romain de Bordeaux ou encore Nicolas de Rouen, des dizaines d’autres demandes ont suivi et plus de 100 groupes ont vu le jour partout en France, dans de grandes villes, mais aussi dans de plus petites comme à Louviers ou encore Besançon… L’idée a même traversé les océans pour arriver dans les Dom Tom chez nos amis Réunionnais et Guadeloupéens, ou encore chez nos cousins du Québec.

 

3) Vous attendiez vous à un tel engouement? Comment l'expliqueriez vous?

Nous sommes très heureux de l'engouement qui se crée autour du projet, la communauté grandit, les membres sont très actifs et de plus en plus d'objets ont trouvé une seconde vie. 

Notre démarche est un peu différente de ce qui s'est fait jusqu'à présent pour deux raisons principales:

-» Plutôt que de créer une coquille vide qu'il aurait fallu remplir, nous avons amené une solution là où les gens se trouvent: Facebook.

-» Nous sommes des citoyens lambda, nous ne faisons pas de militantisme et n'avons pas de discours culpabiisateur. Le lancement de ce projet n'est pour nous qu'une question de bon sens et essayons de proposer une exprience digitale qui nous plairait en tant qu'internautes.

Ce succès est tout de même relatif. Nous voulons aller encore bien plus loin, faire du don d'objets via le web/le mobile un véritable réflexe. Pour ce faire nous devons avoir des outils et un ecosystème plus appropriés. Dans cet objetctif nous développons actuellement GEEV, la première application de don et de récup' d'objet. La conception de GEEV est le résultat de un an et demi d'échanges avec les membres, de collectes de données, de retour d'expérences, cette application sur-mesure nous permettra de résoudre tous les soucis fonctionnels rencontrés sur Facebook.

 

4) Avez vous déjà eu des difficultés avec les mairies, institutions, ou services des encombrants? Quels ont été les principaux obstacles?

Nous ne nous sommes heurtés à aucun obstable et privilégions le dialogue avec tous ces acteurs. Nous voulons créer un servive complémentaire des services proposés par les collectivités et les associations qui sont très souvent surchargés ou indaptés, Aujourd'hui plus de 50% des encombrants finissent enfouis ou incinérés, il y a encore de quoi faire. 


 

5) Les gens viennent ils plus pour donner ou récupérer du gratuit?

La demande est plus forte que l'offre, tous les objets trouvent très rapidement preneur. Dans le groupe de Paris qui compte aujourd'hui plus de 16 000 membres, un objet ne reste pas longtemps en ligne, même si il n'y a pas de règle de" premier arrivé permier servi" et si nous insistons pour que les donneurs choisissent leurs adoptants en fonction de critères qu'ils choisissent et sans avoir à se justifer. Cette forte demande est une excellente chose et prouve que la mécanique fonctionne, mais cela crée beaucoup de frustration de la part des membres qui ont une utilisation de facebook très modérée et qui ont du coup beaucoup moins de chances d'accéder aux objets gratuits. L'équité dans l'accès aux dons est un sujet que nous avons beaucoup travaillé dans la conception de l'application GEEV


 

6) Le groupe a-t-il déjà servi pour des œuvres solidaires? Des gens dans le besoin?

Oui bien sûr mais pas que, car la diversité des objets est aussi aussi large que la diversité des niveaux de vies des membres de la communauté et c'est très bien, le réemploi concerne tous les citoyens.

Nous nous attaquons au sujet du réemploi des objets au sens large, cela va donc d'objets très simples comme des vêtements ou du petit électro-ménager jusqu'à des pianos ou d'autres meubles très imposants qui demandent des moyens logistiques et donc des moyens pour être déplacés, il y a quelques mois nous avons même eu une annonce de don de bâteau. Les membres des groupes donnent pour des raisons très variées, quelques soient leurs motivations, nous les encourageons !

Par ailleus, sur notre fan page facebook (https://www.facebook.com/adopteunobjet.pageofficiellequi est le carrefour d'infos de la communauté, nous faisons régulièrement la promotion d'évènements liés à l'économie circulaire, à des oeuvres humanitaires etc, ponctuellement des membres postent des annonces pour des situations d'urgence et nous les laissons évidemment en ligne.

7) Quelles sont les étapes pour lancer le projet dans une nouvelle ville?

Le lancement d'un nouveau groupe est toujours initié par un ambassadeur local. Une personne motivée par le projet, habitant la ville et qui va pouvoir inviter ses amis Faceboo dans le groupe, les inciter à faire de même et montrer l'exemple en postant les premiers objets. Au fil des mois certains ambassadeurs sont devenus des membres très actif de l'équipe et travaillent avec nous sur des sujets très variés.

Nous sommes toujours à la recherche de nombreux ambassadeurs, qu'ils n'hésitent pas à nous contacter si ils veulent participer à l'aventure AdopteUnObjet / GEEV

 

8) L'application est en bonne voie de conception. Quels sont les prochains projets?

Nous venons tout juste de finaliser notre cagnotte de  financement participatif, l'intégralité de cette somme sera investie dans le développement de l'application. 

Un version bêta est prévue pour le mois de juillet et sera testée par une partie des membes de la communauté

Nous en ferons le lancement officiel lors de la foire de Marseille du 23 sept au 3 oct prochain, ce sera l'occasion de rencontrer la communauté marseillaise et d'avoir leurs premiers retours

Le lancement granbd public est prévu pour la mi-oct 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre cailloux