dimanche 26 juillet 2020

Des techniques plus que des outils

C'est en tout cas ce qui m'aide le plus en couture comme en tricot. J'en parlais déja un peu là: apprendre à faire, plûtot qu'avoir le "gadget"( c'est un avis personnel),qui fait à ma place. Du coup j'ai une boite à outils "minimaliste" dans les deux cas.


Aujourd'hui je partage avec vous ces techniques:

  • La première, que j'ai acquis avec le recul, c'est de savoir lire et déchiffrer son tricot. Je vous assure que ça a ètè la première chose qui a sauvé la vie de pas mal de tricot et m'a évité de tout défaire et refaire. .Ça veut dire en premier bien identifier les mailles et leur sens  ,les points , différentes opérations et leur rendus. Une fois qu'on a cela en tête, c'est comme déchiffrer une partition, ça va tout seul, on s'y retrouve vite.
  • Grace aux fiches des pouletes tricoteuses et au micro tutos de la joueuse de pelotes j'ai beaucoup appris.
  • Deuxième chose: ça va vous paraître démodé, mais je préfère largement tout noter sur mon carnet: compter mes rangs, le nombre de mailles, les rèpètitions, le sens du rang etc., au fur à mesure de l'avancement, plutôt que de mieux fier à l'électronique ou une appli. J'ai une trace écrite comme ça.Je retranscrit à ma manière les indications en chiffrant le nombre de mailles d'un style et de l'autre. Je garde les chiffres à répéter et je mets les abréviations. C'est pus facile pour moi à retenir. Au début , je mettais des marqueurs ( ça me stressait de gérer tous les marqueurs),mais ensuite l’algorithme s'est inscrit dans ma têtes et j'utilise un nombre réduit de marqueurs pour des repères vraiment stratégiques.
  • Ensuite j'ai appris à corriger les erreurs au fur à mesure. Enfait en déchiffrant mon tricot, je m’aperçois vite quand il y a un problème, je recompte en fonction des chiffres notés, observe les rangs précédents. 
Et corrige avec la technique appropriée.
Alors oui ça prends du temps, mais avec ces connaissances en tête j'ai l'impression d'avoir franchis une étape.

Certes les outils aident, mais le meilleur outil (d'aprés moi) , c'est le cerveau !
faites mui confiance, si vous l'entrainnez à comprendre comment fonctionnent les choses, il apprivoisera rapidement la technique.
 Il n' y a pas magie proprement dit dans le tricot: la magie réside dans les maths qui se cachent dans la création d'un patron et la rréalisation de ce patron.
Ces formules ne sont pas insurmontables, il faut juste prendre le temps de les comprendre. Il ne s'agit que de multiplication, adidditions, soustraction et division et une infime partie de pourcentage. Avec du papier et un crayon, au pire une calculette on s'en sort.
Au fil du temps, l'étape de lecture du patron et d'analyse des parties s'est intégrée dans ma routine tricot. J'ai petit à petit compris comment le tricot prenait forme et je prends le temps d'expérimenter chaque nouvelle techniques pour en comprendre l'effet. Ce qui m'aide beaucoup dans ce domaine c'est de tester les patrons quand les designeuses en proposent.

C'est un peu comme chez Montéssori, on apprend avec sa propre expérience on en tire les leçons qui nous accompagnent sur tout nos tricot. Notre cerveau se  souvient de ce qu'il a vu et compris et le remet en application, l'adapte. C'est la pour moi le "vrai progrès" dans une techbique.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre cailloux

Mon engagement associatif

 Si vous suivez depuis le début ce blog, vous avez pu constater que j'essaye de m'impliquer pas mal au niveau associatif. Déja quand...