vendredi 30 octobre 2015

Rencontre avec Mémé !

Non, ce n'est pas ma grand mère!
C'est une slow cosmeteuse. Qui pour moi a tout compris  de la slow cosmétique!
Avec des ingrédients simples, classiques et naturels elle vous concocte des soins cosmétiques aux petits oignons.
Elle n'a pas encore de site, mais c'est en cours; par contre elle a sa page Facebook ou elle  partage ses recettes
https://www.facebook.com/memedanssesorties/




Afin d'en savoir plus, je vous propose de lire son petit interview, auquel elle a bien voulu répondre



Depuis combien de temps pratiques tu la slow cosmétique et les cosmétiques naturels?
Trois ans.
 
Comment as tu commencé?
Un jour j’étais chez ma sœur, qui venait tout juste d’entamer un cursus de formation en naturopathie, et elle me sort « Hé mais tu sais qu’en fait, pour prendre soin de soi, on a pas besoin de tout une panoplie, 2-3 huiles essentielles et quelques huiles végétales suffisent ! ». Alors évidement, je suis tombée dans le panneau du « nan, les huiles, ça graisse, j’ai déjà la peau grasse laisse tombé ». Puis elle est partie dans la pièce à côté, et m’a ramené un bouquin « Adoptez la slow cosmétique » de Julien Kaibeck. Ce jour-là, je l’ai embarqué, sans jamais lui rendre. Voilà comment j’en suis venue à adopter les soins au naturel !
C’est venu progressivement. Au début, je n’utilisais que la slow pour mon visage. Quelques mois après, pour mes cheveux, ensuite, pour le reste de mon hygiène, et aujourd’hui, pour nettoyer la maison !
 
Testés tu personnellement toutes les recettes?
Toutes les recettes non, je pioche dans ce dont j’ai besoin, je fais celles qui m’inspirent et que j’aimerais tester car je sais que derrière j’en aurais une utilité. Et pour ce qui est des recettes que je partage sur ma page facebook, biensure, je les teste avant, il faut savoir de quoi on parle !
 
A combien estimerait tu un budget slow cosmétique, en suivant que les recettes? Est-ce abordable pour tous?
Abordable pour tous, oui et non. Disons qu’il ne faut pas tomber dans le panneau. Je m’explique.
Il est clair qu’à la base, la slow est censée revenir bien moins cher que faire appel aux cosmétiques conventionnels. Tu troques un gommage du commerce à 10€ (voir plus) contre un peu d’huile végétale et du marc de café, le résultat est tout aussi efficace et niveau prix, il n’y a pas photo.
Aujourd’hui, et comme tout mouvement qui intéresse et qui fonctionne, certains ont développé leur business autour de la slow. Aujourd’hui, bons nombre de sites et magasins offrent une panoplie d’ingrédients dans le but de réaliser ses propres cosmétiques, mettant en avant des recettes parfois un peu trop compliquées et nécessitant beaucoup de matières premières. Marketing oblige ! Donc si on fait le calcul du prix de revient de la crème qu’on vient de fabriquer soi-même, ça peut parfois revenir plus cher que si on en avait acheté une en magasin (même bio). On a accès à un large choix d’ingrédients, et on peut vite tomber dans le panneau de tout vouloir tester, alors que beaucoup sont similaires et peuvent se substituer. On sort alors du côté « minimaliste » qu’est censé être la slow.
J’ai des périodes comme ça. Je veux tester, j’achète des ingrédients un peu « exotiques » et je me retrouve avec des commandes qui dépassent l’entendement niveau budget et des trucs qui au final, ont les même propriétés. Et je réalise que finalement, je dépense plus qu’avant. Il faut dire que je ne prenais pas vraiment soin de moi non plus! Puis à d’autres moments, je vais revenir à l’essentiel et me servir des ingrédients qui sont uniquement présent dans ma cuisine ; il y a vraiment des pépites ! Huile, sucre, café, thé, yaourt, crème fraiche, carotte, avocat, j’en passe et des bien mures !
Le fait est que se mettre à la slow, peut devenir un « loisir » ; c’est vrai qu’il est assez satisfaisant de réaliser ses propres crèmes, shampoings et dentifrices. Puis on a envie d’en faire profiter notre entourage. Certains sont passionnés de cuisine, pourquoi ne pourrirons-nous par l’être par la tambouille quitte à ce que ça devienne un « hobby » à part entière ? Auquel cas, il est évident que le budget mis en avant sera plus conséquent.
 
Quels conseils donnerai tu pour les novices ?
Je conseillerai de commencer par les basiques et se procurer, 1 huile végétale, 1 huile essentielle, 1 hydrolat, et 1 argile adaptés à son type de peau, du gel d’aloe vera, et 1 base lavante neutre. Avec ça, il sera déjà possible de réaliser des petites recettes simplissimes: nettoyant visage, gel douche, shampoing, après-shampoing, dentifrice, masque cheveux et visage, lotion tonique visage, sérum lissant visage et cheveux, et bien d’autres ! Sans oublier de s’intéresser aux matières premières présentes dans la cuisine : le sucre en poudre et le marc de café pour exfolier, les produits laitier pour hydrater, l’avocat, la banane, pour nourrir, le miel, qui nourrit ET hydrate, bref, il y a de quoi faire !
 
Quels sont tes ingrédients préférés?
Je ne pourrais plus de passer d’huile végétale ! Je l’utilise en tant que démaquillant, sérum visage, soin des ongles, et bien sure, pour redonner un coup de fouet à mes cheveux, 2 à 3 fois par mois ! J’y ajoute également des huiles essentielles (sauf pour me démaquiller hein sinon ça pique !), lavande vraie dans mon sérum visage parce que j’ai des problèmes de peaux, de l’ylang ylang dans les bains d’huile capilaire, histoire de faire briller les cheveux, citron, pour rendre les ongles plus blancs.
Et pour finir, mon incontournable, le Shikakaï, c’est une écorce réduit en poudre, je l’utilise en shampoing-masque pour mes cheveux, ils adorent !
 
Achetés tu encore des cosmétiques du commerce?
Oui ! Mais uniquement certifié bio ! Même si j’ai tendance à tambouiller, j’aime avoir des produits « prêt à l’emploi » sous le coude, au cas où je n’aurais pas le temps, ou l’envie de refaire un dentifrice, ou mon shampoing, ça dépanne !
 
Quels sont les avantages et bienfaits que tu as pu constater, en pratiquant la slow cosmétique?
Après des années de lissages intempestifs mes cheveux vont beaucoup mieux ! Je n’avais jamais vraiment remarqué qu’ils étaient aussi abîmés. Je pensais qu’ils étaient naturellement « moches ». Aujourd’hui, je ne les lisse plus du tout, j’accepte mes ondulations-bouclettes, ils brillent et comble du comble, je les détache ! Chose qui n’arrivait jamais avant (enfin, uniquement quand ils étaient bien lisses quoi).
Au niveau de mon visage, on va pas se mentir, j’ai encore des spots qui bourgeonnent ici et là en période critique, mais ce n’est rien comparé à ce que c’était. J’ai réussi à atténuer certaines cicatrices.
Et quand bien même, cette sensation de ne plus utiliser des produits toxiques, quel bonheur ! Je me sens clean et en accord avec mon mode de vie. Je suis encore plus concernée par l’environnement depuis, et je suis même devenue végétarienne. On pourrait croire que ça n’a aucun rapport, mais pour moi, tout est lié.
Biensure, tout ça ne s’est pas fait du jour au lendemain !
 

 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre cailloux